Et si on parlait avec Dieu aujourd’hui ?

Et si on parlait avec Dieu aujourd’hui les amis ? Ça vous tente ? Ce serait surement une conversation intéressante…

Si vous deviez lui parler, au premier abord vous auriez peut-être envie de lui poser des questions sur votre vie et, probablement, de le blâmer un peu pour toutes les tuiles qui vous arrivent régulièrement. Mais avant de lui parler, si nous essayions de l’écouter ?

Paraît-il, Dieu nous parle constamment. Certains l’appellent « Dieu », d’autres « l’univers », d’autres « la source ». J’avoue que je ne suis pas toujours à l’aise avec le terme « Dieu » à cause de toutes les connotations que ce terme a, mais appelez-le comme vous voulez, ce n’est pas gênant. Toujours est-il que cette conscience universelle nous parle, constamment.

Je ne veux forcer aucun système de croyance sur vous, mais je sais que ce qui va suivre va particulièrement parler à ceux parmi vous qui ont entamé leur éveil et qui reconnaissent, au moins intellectuellement, dans leur modèle du monde, le caractère conscient de l’univers. Je suis prêt à parier que vous qui me lisez, vous ne croyez pas au hasard et vous savez que « la vie » vous parle et travaille pour vous.

Bref, sans plus attendre, entrons dans le vif du sujet : comment peut-on écouter l’univers ?

Les signes que l’univers nous envoie

On nous dit souvent que l’univers nous envoie des signes, à travers ce qu’on appelle des « synchronicités » (un mot qui n’est toujours pas dans le dictionnaire et qui n’est toujours pas reconnu par mon correcteur orthographique apparemment, mais qui devrait définitivement l’être). Une synchronicité, c’est un événement dans le monde extérieur, un ajustement de la réalité qui prend les apparences d’une coïncidence et qui est là pour nous faire passer un message ou déclencher une opportunité. Parmi ces signes, nous pouvons citer par exemple :

  • Le fait de rencontrer une personne « par hasard » à un moment où justement il est important que nous échangions avec cette personne dans notre vie.
  • Se poser une question mentalement dans notre tête et dans la seconde qui suit avoir les paroles d’une chanson ou une réplique d’un film qui vient apporter une réponse à cette question.
  • Cela peut-être des heures miroir (vous savez ? 11h11, 22h22, etc…).

Bref, une synchronicité, c’est le nom qu’on donne aux coïncidences lorsqu’on a compris que les coïncidences n’existent pas (vous penserez à me citer quand vous le ressortirez). Parfois ces synchronicités peuvent être subtiles, parfois elles peuvent être absolument gigantesques et flagrantes.

La plus grosse synchronicité que j’ai eu dans ma vie était peut-être celle que j’ai eu au début de ma nuit noire de l’âme pendant mon parcours de flamme jumelle, où un soir avant de m’endormir, j’ai passé une demi-heure (littéralement) à m’adresser à l’univers et à lui demander un signe clair pour savoir si j’étais sur le bon chemin ou non. Je me suis endormi et après une longue nuit de sommeil, je me suis réveillé le lendemain matin et la première chose que j’ai faite intuitivement en me réveillant, ce fût de regarder mes mails. Je venais de recevoir un mail de la newsletter de Neale Walsch, auteur de Conversation Avec Dieu, un mail qui disait :

« En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que vous êtes à un tout petit pas de manifester
ce dont vous avez besoin pour atteindre votre but.

Ne vous arrêtez pas maintenant. Quoi que vous fassiez,
ne vous arrêtez pas maintenant.

D’accord ? Est-ce assez clair ? Est-ce que c’est un signe
suffisamment clair ? Vous avez demandé un signe,
n’est-ce pas ? Alors, c’est assez clair ? »

Impressionnant, n’est-ce pas ?

Ce qui est embêtant avec les synchronicités, c’est que nous n’en avons pas aussi souvent que nous le voudrions, et qu’elles sont loin d’être toujours aussi évidentes que celle-ci. Ces synchronicités peuvent même être un peu déroutantes, dans le sens où à partir du moment où vous commencez à surveiller ces synchronicités, vous pouvez très vite commencer à en voir partout, y compris là où il n’y en a pas et très vite vous retrouver à tourner en rond. Si cela influence trop vos décisions, vous pouvez vous retrouver à gérer votre vie n’importe comment, et à prendre les décisions les plus stupides qui soient juste parce que « l’univers vous a dit de le faire ».

C’est d’autant plus dangereux que quelque part, quand vous portez trop d’attentions aux synchronicités, c’est que vous ne faites pas assez confiance à votre jugement intérieur et que vous cherchez une validation de l’extérieur. Vous êtes perdu dans votre vie, vous ne vous sentez pas compétent pour prendre une décision, et vous avez besoin que votre environnement valide des choses à votre place. Quelque part, c’est une perte de pouvoir, c’est placer sa confiance en un « Dieu » externe, c’est donner le pouvoir à l’extérieur et reconnaître là votre propre impuissance.

Et quand vous tournez en rond et que vous n’avancez pas dans votre vie, ce ne sont pas de nouvelles synchronicités qui vous feront progresser. Vous avez vu 22h22 hier soir en regardant l’heure ? Cool !… mais au fond… qu’est-ce qu’on en a à faire ? En quoi est-ce que cela change votre vie concrètement ?

Quand on a dit cela, il y a même un dernier problème évident, c’est que quand vous êtes témoins de certaines synchronicités, ces messages dans le monde extérieur peuvent être décodés par tous d’une façon différente. Ce qui pose le problème de l’interprétation. Si vous ne savez pas comment avancer dans votre vie, même si l’univers vous envoie un message dans le monde extérieur, vous ne l’interprèterez probablement pas correctement, car vous n’êtes peut-être pas prêt à le recevoir. En fait paradoxalement, à 99% du temps, à travers ces synchronicités vous ne pouvez recevoir que les messages que vous avez déjà compris par vous-même (et cette synchronicité ne vous ne sert plus à rien, donc…).

Alors, si ce mode de communication avec l’univers, bien que réel et intéressant, présente de telles limites de communication, comment véritablement recevoir efficacement les messages de l’univers ? En ne vous tournant non pas vers l’extérieur mais vers l’intérieur…

Communiquer avec ses guides spirituels

Je ne sais pas si vous en avez déjà entendu parler, mais il y a des gens qui sont capables d’avoir un dialogue avec leurs guides spirituels, presque comme lors d’une conversation fluide avec quelqu’un. C’est-à-dire qu’ils peuvent authentiquement percevoir un être, médiumniquement, à travers lequel ils peuvent canaliser des informations, que ce soit sous forme de mots, d’images, ou autre. Ces gens-là lorsqu’ils tiennent un blog ou une chaîne Youtube, peuvent fréquemment utiliser la tournure « On m’a dit de vous transmettre ça ».

J’envie ces gens, cela doit être génial d’avoir une conversation si fluide avec un guide spirituel. J’ai eu un guide avec qui j’ai eu des discussions comme cela, et c’est vrai que c’était génial lorsque cela se produisait, mais cela ne m’est arrivé que très rarement. J’ai déjà fait de l’écriture intuitive aussi, à certaines occasions, mais là encore très rarement. Pour l’écriture de ce blog par exemple, à 90% du temps, ce que je vous transmets ici n’est pas écrit sous la dictée d’une voix « extérieure » identifiable. Peut-être que cela m’arrivera un de ces jours, allez savoir… Je vous dirais.

Même si j’aimerais bien, l’expérience que j’en ai eu jusque-là m’a quand même permis d’identifier certaines limites dans ce processus également :

  • Déjà, c’est que le guide n’est pas toujours là, ou, plus exactement, que même s’il est là en permanence, nous ne le recevons pas toujours. Lorsque nous ne le recevons pas, celui-ci ne peut s’adresser à nous qu’à travers des synchronicités, et nous retombons sur les limites du titre précédent.
  • D’ailleurs nous ne décidons pas vraiment d’échanger avec un guide que nous aurions de l’autre côté du miroir. Si vous par exemple vous n’avez jamais eu de conversations ou de canalisations de ce genre, vous êtes sûrement prêt à admettre que cela doit effectivement être un mode de communication génial pour recevoir les messages de l’univers, mais vu que de toute façon cette expérience ne s’est encore jamais produite pour vous, vous vous dites sûrement que lire cette partie de cet article ne vous avance pas à grand-chose… Et je vous comprends…
  • Ensuite, il peut y avoir des blancs dans la communication, des questions dont nous n’entendons pas les réponses. Notamment parce que là encore, il y a des biais dans la réception. Nous n’entendons que ce que nous sommes capables d’entendre, le message étant bloqué notamment par la peur. Quand vous n’avez aucune peur, vous êtes capable d’entendre la réponse que votre guide vous donne. Quand vous en avez, c’est la projection de votre peur que vous recevez.
  • Et surtout, cela pose toujours le problème de la perte potentielle de souveraineté. Ce serait en effet très confortable d’avoir en permanence un guide qui nous dit « fais ci, fais ça », nous garantissant en permanence de faire les choix qui sont optimums pour nous, mais quelle liberté et quel libre-arbitre cela nous laisserait ? Quel pouvoir de décision ? Que resterait-il de nous, en fait ? Et c’est d’ailleurs pour éviter cela que nos guides spirituels ne répondent pas en permanence, car ils ne donneront jamais une réponse qui doit venir de nous et non pas d’eux.

Ces limites ne sont absolument pas une critique vis-à-vis des gens qui reçoivent les messages de leurs guides et qui partagent cela : moi aussi j’ai eu des expériences de ce genre, moi le premier j’en profiterai le jour où ce dialogue aura lieu à nouveau, et en attendant, de mon côté dans ma vie personnelle j’ai toujours mes « Maîtres Jedi » à moi (deux coachs et une chamane que je tiens en haute estime, entre autres…). Eux certes, ce sont des guides humains et incarnés, mais quelque part, je bénéficie de leur propre guidance de la même façon. Je rappelle simplement que quelle que soit sa nature, une véritable guidance doit toujours conduire à l’autonomie.

La guidance ultime, c’est quand nous n’avons plus besoin de guides quelque part, car nous sommes devenus notre propre guide. Et même si vous n’êtes pas médium ou particulièrement ouvert à la spiritualité, c’est une chose à laquelle nous devrions tous avoir accès. Ce qui m’amène à la dernière partie de cet article…

Parler directement avec l’univers, enfin !

Selon moi, il y a quand même un mode de communication supérieur, qui est le moyen de communication privilégié de l’univers envers nous. L’univers nous parle en permanence. Nous avons en permanence, tout le temps, depuis notre naissance, une petite voix intérieure qui nous dit… tout. Qui sait ce qui est vrai même si nous ne savons pas pourquoi. Une voix que nous avons souvent du mal à suivre parce que ce qu’elle dit ne paraît pas logique, ou explicable, parce que même si nous l’entendons cela ne semble pas justifié de la suivre…

Pourtant, cette voix elle est là, elle a toujours été là, et elle peut s’exprimer véritablement avec des mots. Au fur et à mesure que nous grandissons, que l’ego se développe, que nous subissons de plus en plus l’influence des autres et que la société nous conditionne, que nous nous construisons une personnalité pour évoluer dans ce monde complexe, cette petite voix, nous avons parfois du mal à l’entendre.

En fait, cette petite voix, même si nous ne l’identifions pas forcément au premier abord, et bien c’est ça… « Dieu » (à défaut d’un meilleur terme). C’est l’échantillon de l’univers qui nous est alloué à chacun d’entre nous et qui nous guide en permanence.

Et à partir du moment où nous savons cela, nous pouvons nous mettre tout simplement à tendre l’oreille et à l’écouter. De plus en plus. De plus en plus souvent. Car cette voix-là, oui, elle est toujours présente. C’est la vérité qui est en nous et qui ressort quand nous ne nous laissons plus influencer par toutes les autres « vérités » extérieures. C’est difficile de l’identifier car elle ressemble beaucoup à toutes les autres voix que nous avons à l’intérieur de nous, mais elle présente une vérité toujours plus claire, toujours plus puissante : c’est la vérité de notre plus haut niveau de conscience.

Lorsque nous apprenons à la reconnaître et à l’écouter, puis ensuite à l’exprimer justement, cette petite voix intérieure devient notre propre voix. Je vous disais que le problème de se référer à une guidance extérieure est celui de la perte de souveraineté. Dans le cas de cette petite voix intérieure, quand nous la laissons s’exprimer, elle prend la place de nos pensées. Dire ce que nous pensons ou ce que cette voix pense, c’est la même chose. Quand elle devient la seule voix qui s’exprime, cette voix devient la nôtre. C’est la nôtre. Ce n’est plus une source extérieure qui vient nous régenter et nous dire quoi faire, c’est nous-mêmes qui savons ce qui est bon pour nous, ce que nous devons faire et ce que nous savons être vrai.

Cette petite voix intérieure, c’est notre plus haut niveau de conscience, notre véritable nous, notre essence originelle, notre « âme », laquelle ne fait qu’un avec l’univers et nous connecte à celui-ci. A cette conscience universelle que vous avez toujours crue invisible et qui en fait a toujours été là. Il suffisait de la remarquer et de reconnaître qu’elle était cela et pas autre chose.

Et quand vous comprenez cela, quand cette petite voix intérieure devient la seule identité que vous acceptez, vous êtes l’incarnation-même de l’univers sur Terre… Nous le sommes tous. Et « vous », le « vous » que vous avez été jusque-là, le « vous » qui faisait obstacle à la voix en question mais que vous n’êtes plus, ce « vous » est juste un lieu qui permet à « Dieu » d’exister. Ce « vous » a un visage, porte un nom, existe depuis une certaine date de naissance, mais vous êtes en réalité ce qui vient se greffer dessus, à savoir la conscience universelle, et toute la sagesse qui l’accompagne. Reconnaître cette conscience divine se résume à un simple verbe : « admettre ». Admettre ce que vous savez être vrai et ne plus jamais suivre autre chose.

Vous aurez probablement besoin de relire ces derniers paragraphes plusieurs fois… Si malgré tout, cela vous paraît toujours flou, je vous renvoie à mon livre sur Le Sens De La Vie où cette construction est expliquée bien plus en détails.

Conclusion

Voilà ce que je pouvais vous dire sur les différents modes de communication que l’univers entretient avec nous, et qui ont chacun leur raison d’être. Il y en a certainement même d’autres, mais ceux énoncés ici vous donnent déjà des pistes importantes à explorer.

Et puis, vous êtes libre de parler vous aussi à l’univers, maintenant que vous savez comment entendre la réponse 😉

En vous souhaitant qu’aujourd’hui soit le jour où votre dialogue avec la vie puisse reprendre… Je vous souhaite une excellente journée.

Paix et amour à vous tous…

Partagez cet article :
Share on Facebook
Facebook
0Pin on Pinterest
Pinterest
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Donnez-moi votre avis sur cet article :
No votes yet.
Please wait...