La nuit noire de l’âme

Il y aurait un grand vide dans mon programme de publication sur ce site si à un moment donné je ne vous parlais pas d’un concept extrêmement important qu’on appelle « la nuit noire de l’âme ».

J’avais entendu dire une fois que la nuit noire de l’âme serait un équivalent pour les énergéticiens du terme de « dépression » pour les psychologues. La nuit noire de l’âme, c’est une période de votre vie dans laquelle vous pouvez rentrer et dans laquelle toutes vos blessures internes se retrouvent révélées et exacerbées afin que celles-ci soit conscientisées et guéries, dans le but d’accéder au véritable vous et de vous débarrasser de tout ce qui n’est pas vous.

Vous pouvez tous être amenés à traverser une nuit noire de l’âme : en fait de plus en plus de gens sur la planète en traverse une, poussés par l’éveil énergétique actuel. Si vous devez en traverser une, ce sera vraiment la période la plus noire de votre vie, par définition. Donc autant vous familiariser un peu avec le sujet à l’avance…

La nuit noire de l’âme : un système de guérison naturel

Dans les temps anciens, l’humanité n’avait pas à sa disposition tous les moyens de guérison que nous connaissons actuellement. Nous n’avions pas de psychologue, nous n’avions pas des thérapies et nous n’avions tout simplement pas autant de connaissances sur l’esprit humain… Avant que tout cela n’existe, la vie elle-même offrait un système naturel pour nous permettre de progresser : la nuit noire de l’âme, qui s’avère être un système de guérison un peu particulier… Si je devais comparer cela avec une thérapie classique avec un psychologue par exemple, il y a de nombreuses différences.

  • Déjà, vous allez voir un psychologue quand vous choisissez d’aller en voir un. C’est vrai qu’on ne choisit pas d’aller mal dans sa vie et qu’on peut philosopher sur le fait que suivre une thérapie s’impose ou non, mais sur le principe, vous allez voir un psychologue parce que vous choisissez d’y aller, pour un accompagnement qui est consenti. La nuit noire de l’âme au contraire, s’impose à vous, contre votre consentement. Pas contre le consentement de l’âme bien sûr, mais si vous traversez une nuit noire de l’âme, c’est justement que vous ne faites pas encore un avec votre âme, que vous opérez encore à un niveau de conscience basé sur l’ego et depuis la perspective de votre ego, c’est effectivement tout sauf choisi !
  • Ensuite, une psychothérapie classique est censée être un minimum confortable pour le patient qui la suit. S’il y a des domaines dans lesquels vous n’êtes pas prêt à vous remettre en question, un psychologue ne peut pas vous forcer à le faire. Ce dernier est censé être bienveillant et rassurant, il est censé respecter vos limites et s’adapter à votre rythme, et un psychiatre peut vous prescrire des médicaments pour gérer votre humeur afin que la thérapie soit plus facile à vivre… A l’opposé, la nuit noire de l’âme, c’est l’apprentissage par la douleur, avec un acharnement de la vie qui appuie précisément là où cela fait mal pour vous forcer à évoluer, et c’est un processus extrêmement inconfortable (le mot est faible…).
  • Autre grande différence, dans une psychothérapie classique, c’est le patient qui est le seul juge de son évolution et qui choisit quand il arrête sa thérapie. S’il estime qu’il va suffisamment bien et qu’il ne souhaite pas changer davantage, il peut choisir de s’arrêter là. Dans une nuit noire de l’âme, non… Il y a un contrat à honorer, un certain niveau d’équilibre intérieur à atteindre et tant que celui-ci n’est pas atteint, vous n’avez pas la possibilité d’y échapper.

La nuit noire : un voyage en enfer

Pour mieux comprendre encore en quoi consiste la nuit noire de l’âme, je vais vous dire comment personnellement je l’ai vécue :

  • La nuit noire de l’âme, c’est traverser l’enfer. Et quand je dis ça, ce n’est pas une métaphore pour imager à quel point c’est douloureux, c’est littéralement, dans son essence-même, un processus fonctionnant conformément à la description de ce que certaines personnes ont faite de « l’enfer ». Je vais prendre un exemple tout bête, si vous avez vu la série Lucifer, dans cette série le diable nous explique que les gens dans son enfer revivent en permanence les mêmes scènes dans lesquelles ils sont remis sans cesse face à leur propre culpabilité, avec une douleur exacerbée. Quand je traversais ma propre nuit noire, j’ai été frappé par la similarité du processus, et, quelque soit le mécanisme qui ait amené à l’émergence du concept de l’enfer dans nos mythologies, il m’a paru très clair qu’il n’y a aucune raison qu’un tel processus se produise nécessairement après la mort, cela peut très bien se produire de notre vivant… Dans la nuit noire de l’âme, c’est exactement ce qu’il se passe, vous revivez en boucle les mêmes scènes tous les jours jusqu’à atteindre le niveau de conscience qui vous permet de vous libérer de ces schémas. Ensuite, l’intensité de votre enfer dépend de ce que vous y apportez…
  • Un phénomène très flagrant au court de la nuit noire de l’âme est la distorsion du temps. Lorsque je suis rentré dans ma nuit noire, le temps s’est brusquement arrêté. Jusque-là j’avais vécu ma vie en me représentant le temps de façon linéaire, et c’est comme si à ce moment-là, le temps s’était arrêté, l’horloge avait arrêté de tourner, la ligne de temps s’était désintégrée. C’était exactement comme dans ces films où le personnage principal est coincé dans une boucle temporelle et rejoue la même journée tous les jours. C’était ma propre expérience ; je ne serais pas surpris que pour certains, le temps ne s’arrête pas mais au contraire se mette à presser énormément.
  • C’est une période avec des émotions extrêmement intenses, dans laquelle tous vos traumas sont mis à vif. Pour vous donner un élément de comparaison, je suis sûr que cela vous est déjà arrivé de faire des rêves dans lesquels vos émotions sont extrêmes. Cela peut être plutôt bien quand il s’agit d’un rêve érotique, quand on fait un cauchemar en revanche, ces émotions absolues peuvent être très perturbantes… Dans la nuit noire de l’âme, vous ressentez des émotions de ce niveau-là en permanence, alors que vous êtes éveillé et conscient, jusqu’à ce que tout soit traité.
  • C’est un processus de conscientisation d’ailleurs qui est assez paradoxal, dans le sens où avec tous ces schémas enfouis qui remontent, vous êtes dans un état de lucidité et de clarté mentale sans précédent, et en même temps, ces émotions tellement à vif vous donne l’impression de sombrer dans la démence. C’est le paradoxe, vous êtes lucide vis-à-vis de votre propre folie. Il faut l’avoir expérimenté pour savoir ce que ça fait.
  • Et puis la nuit noire de l’âme manquerait de sa saveur s’il n’y avait pas les fameuses foudres karmiques ! En ce qui me concerne, j’ai envie d’utiliser le terme de foudres pour décrire deux phénomènes. Le premier, ce sont de véritables foudres au sens propre du terme, de véritables courants qui s’apparentent à des décharges électriques  qui passent le long de votre structure énergétique. Quand l’une de ces décharges passe, vous pouvez vraiment avoir l’impression de subir une électrocution et de vous prendre 10 000 volts dans le corps. Pour refaire un parallèle avec une série, si vous avez vu la série Gotham sur les origines de Batman, à un moment, le professeur Strange fait subir un traitement très particulier à ses patients de l’asile d’Arkham. Il leur insuffle la drogue de l’épouvantail qui réveille et exacerbe toutes leurs plus grandes peurs et pendant que ces peurs sont actives, le professeur Strange les « soigne » en faisant passer des courants électriques dans leur cerveau. Franchement, la nuit noire de l’âme, c’est un peu ça…
  • Et enfin il y a les foudres karmiques au sens traditionnel où on l’entend, à savoir l’univers qui fait tomber des événements douloureux pour vous faire évoluer et vous remettre sur le droit chemin. Un peu comme si Zeus lançait des éclairs sur votre route, vous pouvez enchaîner en un temps record des synchronicités atroces à travers lesquelles l’univers vous coupe d’absolument tout : amour, amitié, famille, travail, argent, santé… tout est enlevé… Le contrôle complet vous échappe, tout se goupille « mal », vous pouvez avoir des clashs avec un nombre important de gens, et ce, j’insiste, même sans le faire exprès. Même en prenant toutes les précautions pour éviter cela, les circonstances vont s’enchaîner pour que les mauvais mots sortent au mauvais moment et vous mènent droit au conflit. Avec des proportions gigantesques… Je sais que quand les premières foudres sont tombées pour moi, au bout de 48h, je ne voulais déjà plus sortir de mon appart de peur de provoquer une catastrophe. Et cela arrive de façon si rapide, si rapprochée, si différente de ce qu’il se passe d’habitude, que vous ne pouvez plus croire au hasard et vous pouvez voir le voile de la réalité se déchirer et voir en arrière-plan l’univers qui met tout cela en place contre vous… Le but de ces ruptures est d’être heureux par soi-même, c’est pourquoi la vie vous coupe tous les « artifices » qui pourraient vous soutenir. Cela vous ferait du bien d’avoir le soutien d’un ami ? Vous vous prenez en grippe avec tous ceux que vous avez. Cela vous ferait du bien d’être en couple ? Toutes les rencontres que vous ferez s’avéreront stériles. Et ainsi de suite. Tout cela dans l’optique, cruelle certes mais libératrice, de parvenir à être heureux uniquement par vous-même, sans attachement ou addiction venant palier votre mal être. Pour accomplir l’exploit d’être parfaitement heureux même en enfer.

Les avancées dans la nuit noire de l’âme

La nuit noire de l’âme est un processus qui s’enclenche lorsque vous ne pouvez plus avancer autrement dans votre vie, lorsque vous êtes prêt, pour vous nettoyer de toutes vos zones d’ombre afin de libérer votre véritable lumière pour la première fois.

C’est un parcours chaotique dans lequel il y a des cycles : pas de vrais moments de pause car tant que l’objectif de votre âme n’est pas atteint, vous n’avez aucun moyen d’échapper à ce parcours, mais des périodes moins intenses que d’autres. Cela se fait en lien avec les phénomènes énergétiques environnants : les pleines lunes et les nouvelles lunes, les changements de saison, la météo… tant d’éléments auxquels je n’avais jamais fait attention avant et dont j’ai appris à reconnaître l’influence. Vous pouvez ressentir des thèmes à traiter selon les périodes. Il y a des périodes qui deviennent plus douces, à partir du moment où vous n’êtes plus en défiance vis-à-vis du travail qui est à faire et que vous suivez le chemin qui est véritablement le votre.

La nuit noire de l’âme s’arrête lorsque nous atteignons un certain équilibre et une complétude interne. Lorsque nous ré-accédons à toutes les parts de nous-mêmes auxquelles nous étions fermés jusque-là dans notre vie. Cela entraîne un nettoyage des blessures originelles, du petit truc qui est inscrit dans votre psychisme depuis que vous avez 3 ans, et que vous pensiez qui serait là toute votre vie, du premier grain de sable originel qui grippe toute votre mécanique interne, c’est sur celui-ci que l’univers vous force à travailler, jusqu’à ce qu’il sorte enfin.

Pour cela, la vie elle-même appuie sur chacune de vos blessures, ce qui va s’avérer extrêmement douloureux… jusqu’à ce que celles-ci lâchent enfin, et alors du jour au lendemain, tout va mieux. Et c’est ce qui est surprenant avec la nuit noire de l’âme, c’est que, aussi désespéré que cela en ait l’air jusqu’à la dernière minute, la minute d’après tout peut être résorbé. La guérison ne suit pas un processus graduel, mais se fait véritablement par à-coups, par paliers. Ce qui personnellement m’a permis de constater plus d’une fois que le désespoir ou la noirceur que nous pouvons ressentir n’est rien d’autre qu’un simple programme dans notre tête, et jamais une appréciation objective de la réalité.

Une fois que vous avez fait le travail qui vous est demandé, alors vous ré-accédez à la vie et l’univers vous rouvre les vannes pour que la vie fonctionne pour vous comme elle a toujours été supposée fonctionner. Cela se fait en plusieurs étapes. Cela peut revenir par moment. Cet équilibre interne qui est à atteindre est à maintenir par la suite. Et bien sûr, des tests sont mis en place par la vie elle-même pour valider si les leçons que vous avez à apprendre sont bien apprises ou non.

Conclusion

Voilà ce que je pouvais vous dire sur la nuit noire de l’âme. Cet article est uniquement centré sur la partie souffrante de la nuit noire : j’en réécrirai un autre plus détaillé sur la sortie de la nuit noire de l’âme et sur la deuxième vie qu’on y trouve, mais pour cela je préfère laisser passer un peu de temps, histoire d’avoir plus de recul sur cette expérience.

C’est un concept qui aujourd’hui ne parle peut-être pas à tout le monde parmi vous mais qui pour certains d’entre vous, je suis désolé de vous le dire, dans un certain temps va carrément vous parler. Vous repenserez peut-être à cet article un peu plus tard. Si cela vous frappe, vous traverserez une aventure humaine sans commune mesure avec tout ce que vous avez pu connaître par le passé, et qui vous changera à jamais.

Cela vous demandera un courage que vous n’auriez jamais soupçonné en vous. Peut-être pas comme celui qu’il faut pour se jeter dans les flammes pour sauver quelqu’un, mais un autre genre de courage : celui d’aller voir en soi. C’est un courage qui se déploie sans bouger de votre canapé, mais cela sera un saut dans le vide extrêmement intimidant lorsque viendra le moment de le faire. J’avais lu une fois qu’à l’origine, le terme « guerrier » signifiait « celui qui n’a pas peur de se connaître lui-même » : basée sur cette définition, la nuit noire de l’âme fera de vous l’un des plus grands guerriers qui soient.

J’espère que cela vous aidera au moins à savoir en quoi cela consiste, à savoir mettre des mots dessus, et à vous rendre compte que vous n’êtes pas fou car c’est important, dans une telle expérience. Et surtout, j’espère que cela vous aidera à vous rappeler qu’aussi noire que soit la nuit, il y a la lumière au bout. Votre lumière.

Partagez cet article :
Share on Facebook
Facebook
0Pin on Pinterest
Pinterest
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Donnez-moi votre avis sur cet article :
No votes yet.
Please wait...