La nuit noire de l’âme

Salut à tous, bienvenue pour une nouvelle vidéo, dans laquelle on va aborder un sujet douloureux aujourd’hui, on va parler de la nuit noire de l’âme. Mais justement parce que c’est douloureux, c’est important qu’on en parle. Il y aurait un grand vide dans mon programme de publication si à un moment donné je ne vous parlais pas de ce concept, qui est extrêmement important.

Qu’est-ce que c’est que la nuit noire de l’âme ? Ben écoutez j’en sais rien, je n’en connais que ma propre expérience subjective, mais c’est donc sur ce partage d’expérience que je vais axer cette vidéo.

Vous pouvez tous être amenés à traverser une nuit noire de l’âme, potentiellement : en fait de plus en plus de gens sur la planète en traversent une, poussés par l’éveil spirituel actuel. Si vous devez en traverser une, ce sera vraiment la période la plus noire de votre vie, par définition. Donc autant vous familiariser un peu avec le concept à l’avance…

J’ai entendu dire plusieurs fois que la nuit noire de l’âme serait un équivalent pour les énergéticiens du terme de « dépression » pour les psychologues. C’est possible… disons que c’est peut-être ainsi qu’on conçoit la dépression une fois qu’on intègre l’âme dans l’équation. En ce qui me concerne, j’ai envie de le définir ainsi : la nuit noire de l’âme, c’est une période de votre vie dans laquelle vous pouvez rentrer et dans laquelle toutes vos blessures internes se retrouvent révélées et exacerbées afin que celles-ci soit conscientisées et guéries à travers un travail sur soi d’une intensité sans précédent par rapport à ce que vous avez pu faire avant, dans le but d’accéder au véritable vous et de vous débarrasser de tout ce qui n’est pas vous. Donc de réaccéder à votre âme, bien sûr. Et c’est l’une des différences que j’ai envie de souligner par rapport à ce qu’on appelle communément une dépression, c’est qu’il y a plein de gens qui sont diagnostiqués comme faisant une dépression, qui s’en sortent, et qui lorsqu’ils en sortent, ne semblent pas avoir nécessairement réaccédé à leur âme ou avoir traversé une ascension spirituelle particulière, ils sortent de leur dépression en étant relativement semblables à la personne qu’ils étaient quand ils y sont entrés, alors qu’à travers la nuit noire de l’âme, vous allez être par définition dans le processus de transformation le plus important de votre vie et il y a le but avoué de partir à la recherche de votre âme. Donc il y a des similarités mais je sais pas si on est sur un processus de même intensité. Je me dis qu’on percevoir une nuance, quand même.

La nuit noire de l’âme : un système de guérison naturel

Pour aller plus loin dans la description du phénomène, j’ai envie de vous dire que la nuit noire de l’âme, c’est un système de guérison naturel. Parce que oui, dans son essence, la nuit noire de l’âme, c’est avant tout un processus de guérison, avec son protocole, ses étapes, etc… Dans les temps anciens, l’humanité n’avait pas à sa disposition tous les moyens de guérison qu’on connait actuellement. On n’avait pas de psychologues, on n’avait pas des thérapies et on n’avait tout simplement pas autant de connaissances sur l’esprit humain… Mais avant que tout cela n’existe, la vie elle-même offrait un système naturel pour nous permettre de progresser : la nuit noire de l’âme, qui permet à chaque individu d’être mis face à lui-même pour affronter ses démons intérieurs. C’est ça que j’entends par « un système de guérison naturel ». Contrairement à la psychanalyse, ou à l’hypnose ou à la PNL par exemple, c’est pas les humains qui ont inventé la nuit noire de l’âme, c’est un phénomène qui existait déjà par lui-même et qui est incorporé à la vie elle-même.

Sauf que la nuit noire de l’âme, ça s’avère être un système de guérison un peu particulier… Si je devais comparer cela avec une thérapie classique avec un psychologue par exemple, il y a de nombreuses différences :

  • Déjà, vous allez voir un psychologue quand vous choisissez d’aller en voir un. C’est vrai qu’on ne choisit pas d’aller mal dans sa vie et qu’on peut philosopher sur le fait que suivre une thérapie s’impose ou non, mais sur le principe, vous allez voir un psychologue parce que vous décidez d’y aller, pour un accompagnement qui est consenti. La nuit noire de l’âme au contraire, c’est une épreuve qui s’impose à vous, contre votre consentement. Pas contre le consentement de l’âme bien sûr, mais si vous traversez une nuit noire de l’âme, c’est que justement vous ne faites pas encore un avec votre âme, que vous opérez encore à un niveau de conscience basé sur l’ego et depuis la perspective de votre ego, c’est effectivement tout sauf choisi !
  • Ensuite, une psychothérapie classique ou un accompagnement personnel quelconque, c’est censé être un minimum confortable pour la personne qui le suit. S’il y a des domaines dans lesquels vous n’êtes pas prêt à vous remettre en question par exemple, un psychologue ne peut pas vous forcer à le faire. Ce dernier est censé être bienveillant et rassurant, il est censé respecter vos limites et s’adapter à votre rythme, un psychiatre peut même vous prescrire des médicaments pour gérer votre humeur afin que la thérapie soit plus facile à vivre… A l’opposé, la nuit noire de l’âme, on va dire ce qui est, c’est l’apprentissage par la douleur, avec un acharnement de la vie qui appuie précisément là où cela fait mal pour vous forcer à évoluer, et c’est un processus extrêmement inconfortable (le mot est faible…).
  • Autre grande différence, dans une psychothérapie classique, c’est le patient qui est le seul juge de son évolution et qui choisit quand il arrête sa thérapie. S’il estime qu’il va suffisamment bien dans sa vie et qu’il ne souhaite pas changer davantage, il peut choisir de s’arrêter là. D’ailleurs vous ne commencez une thérapie que si vous avez envie de changer, si vous avez pas envie d’évoluer et que votre vie vous convient comme ça, personne ne peut vous forcer à changer. Rien ni personne… sauf le déclenchement d’une nuit noire de l’âme justement… Dans une nuit noire de l’âme, non seulement on n’a pas le choix que de changer… enfin, on peut résister au processus, mais ça va pas être gratuit… quand on voit à quel point ça pique, on peut considérer que non, on n’a pas le choix… Et on ne décide pas non plus qu’on a assez travaillé et qu’on peut s’arrêter là. Il y a un contrat à honorer, un certain niveau d’équilibre intérieur à atteindre et tant que celui-ci n’est pas atteint, on n’a pas la possibilité d’échapper au protocole.

La nuit noire : un voyage en enfer

Donc déjà avec ces premières caractéristiques, vous voyez que c’est un peu hardcore… ben on va continuer de détailler et vous allez voir que ça va pas vraiment aller en s’arrangeant… Et pour que vous puissiez mieux visualiser comment une nuit noire de l’âme se déroule concrètement, je vais vous dire comment personnellement je l’ai vécue :

  • Et je vais commencer par vous dire ça : la nuit noire de l’âme, c’est traverser l’enfer. Et quand je dis ça, ce n’est pas une métaphore pour imager à quel point c’est douloureux, c’est littéralement, dans son essence-même, un processus fonctionnant conformément à la description de ce que certaines personnes ont faite de « l’enfer ». Je vais prendre un exemple tout bête, si vous avez vu la série Lucifer sur Netflix, j’adore cette série au passage, Tom Ellis me vend du rêve dedans, bref ^^. Dans cette série donc, Lucifer, le diable, nous explique que les gens dans son enfer revivent en permanence les mêmes scènes dans lesquelles ils sont remis sans cesse face à leur propre culpabilité, avec une douleur exacerbée. C’est ce qu’il appelle « leurs boucles infernales ». Il y a des scènes que des personnages ont vécues dans leur vie qu’ils sont obligés de revivre sans cesse en boucle, et c’est comme ça qu’ils sont torturés. Donc ça c’est un exemple tiré d’une série, mais bien sûr, je suppose que les scénaristes se sont inspirés de témoignages réels pour raconter cela. Et justement, alors que je regardais cette série, c’est à ce moment-là que j’ai entendu parler d’un témoignage, réel celui-ci, dans lequel une institutrice qui martyrisait ses élèves aurait fait une sorte d’expérience de mort imminente, et elle aurait décrit une expérience où pendant cet instant où elle était « passée de l’autre côté », elle avait eu l’impression de faire face à tous les élèves avec qui elle avait été trop sévère, et où elle avait ressenti en boucle la douleur morale qu’elle leur avait infligée… Je sais jamais trop quoi penser de ce genre de témoignages, en ce qui me concerne, s’il y a une vie après la mort, moi je suis pas inquiet pour ce qu’il s’y passera et ce qui nous y attend… Mais voilà, c’est juste pour dire que, sans savoir quel crédit leur accorder, on a un certain nombre de témoignages de gens qui décrivent un phénomène de ce genre, et là où je veux en venir, c’est que si l’enfer c’est ça, d’après ma propre expérience cette fois-ci, vous n’avez pas besoin de mourir pour l’expérimenter, vous pouvez  tout à fait vivre cette expérience de votre vivant en étant parfaitement incarné. En tout cas quand j’ai traversé ma propre nuit noire de l’âme, j’ai été frappé par la similarité du processus. Moi aussi je revivais sans cesse les mêmes traumas en boucle et il y avait quelque chose qui appuyait constamment dessus jusqu’à ce que je m’en délivre. Sauf que s’en délivrer… comme je le dis souvent, on n’a pas totalement la main sur le temps que ça prend, ça peut être très long. Et c’était pas juste des idées négatives qui passent comme ça de façon superficielle, on était sur un niveau de réalisme et d’immersion dans l’horreur qui était vraiment impressionnant. D’un côté j’étais incarné, j’étais dans mon corps, j’étais assis tranquillement sur mon canapé, et d’un autre côté sur un autre plan, il y avait toutes ces scènes qui se rejouaient en boucle, d’une façon aussi réelle et tangible que la réalité matérielle, c’était comme si j’étais vivant dans deux mondes en mêmes temps, sur Terre et en enfer en même temps, et c’était vraiment impressionnant… Donc la nuit noire de l’âme, c’est véritablement l’enfer, c’est pas une métaphore, c’est vraiment ça dans sa nature-même, et alors après, comme tout enfer, cet enfer il est douloureux à la hauteur de ce que vous y apportez… de ce que vous y apportez comme blessures, et comme défiance vis-à-vis de votre mission d’âme, sachant que quand j’ai dit ça, ça n’a rien à voir avec le fait d’être une « bonne » ou une « mauvaise » personne… pour autant que ces expressions aient un sens… pas du tout… vous pouvez être une belle personne, avec de bonnes intentions, qui respectent les autres, qui comparée à d’autres n’auraient pas grand-chose à se reprocher… et vous pouvez quand même traverser une nuit noire de l’âme et prendre super cher… ça n’a rien à voir.
  • Autre chose dont je voulais vous parler, qui est un phénomène très flagrant au court de la nuit noire de l’âme, c’est la distorsion du temps. Lorsque je suis rentré dans ma nuit noire, le temps s’est brusquement arrêté. Jusque-là j’avais vécu ma vie en me représentant le temps de façon linéaire, et c’est comme si à ce moment-là, oui, l’horloge avait arrêté de tourner, la ligne de temps s’était désintégrée. Toute ma vie jusqu’à cette date, c’était comme si l’horloge avait tourné super vite, comme s’il avait fallu que je me dépêche pour faire plein de choses parce que le temps pressait, et d’un coup hop, c’était fini. LE temps ne comptais plus, plus rien ne comptait… Je m’en suis rendu compte instantanément, ça a été un des premiers symptômes de nuit noire que j’avais identifiés, au-delà de la douleur, par contre il m’a fallu du temps pour pouvoir le décrire. Et maintenant avec le recul, je me rends compte que c’était exactement comme dans ces films vous savez où le personnage principal est coincé dans une boucle temporelle et où il rejoue la même journée tous les jours. Peu importe ce qu’il fait, où il va, s’il essaye de se tuer ou non, rien y fait, quand la journée est finie, le lendemain matin, le réveil sonne, il se réveille exactement à la même date que la veille et il se retrouve à vivre les mêmes circonstances et les mêmes situations encore et encore. Franchement c’est exactement la même chose. Et une fois d’ailleurs au bout d’un an de nuit noire de l’âme, j’avais recroisé un ami dans la rue, que je n’avais pas vu depuis le début de cette période dans ma vie, il m’a raconté un peu ce qu’il y avait de nouveau dans sa vie, et cela m’avait frappé, je m’étais dit « wahooo mais le temps il continue de défiler normalement pour les autres en fait ». C’est difficile à expliquer, faut l’avoir vécu pour le comprendre, mais vous sentez dans cette expérience que vous n’avez plus le même rapport au temps que les autres, que vous n’êtes plus dans la même dimension temporelle que les autres. Parce que le temps physique continue de se dérouler comme toujours, pour vous comme pour les autres, mais pour vous en revanche, votre âme reste en quelque sorte bloquée sur ce point temporel à partir duquel votre nuit noire a commencé. Cette distorsion temporelle c’est comme une prison dont on ne peut pas évader. Ça m’est arrivé d’ailleurs à un moment donné de voir médiumniquement une image de mon âme qui était enfermée entre 4 murs de lumière, dont elle n’avait absolument aucune chance de s’échapper, et bien sûr c’est ce qui se retranscrivait dans la matière. Ensuite, c’était ma propre expérience ; je ne serais pas surpris que pour certains, le temps ne s’arrête pas mais qu’au contraire il se mette à accélérer et à presser énormément. C’est possible, parce que c’est personnalisé comme processus. Peut-être que c’est pas vécu pareil par tout le monde, mais en tout cas oui, le rapport au temps qui change, ça me paraît être une caractéristique flagrante d’une nuit noire de l’âme.
  • Ensuite, en plus de ça, la nuit noire de l’âme c’est une période avec des émotions extrêmement intenses, dans laquelle tous vos traumas sont mis à vif. Pour vous donner un élément de comparaison, je suis sûr que cela vous est déjà arrivé de faire des rêves dans lesquels vos émotions sont extrêmes, où elles sont beaucoup plus intenses que les émotions que vous ressentez dans la vie de tous les jours. C’est plutôt sympa quand on fait un rêve érotique, quand on fait un cauchemar en revanche, ces émotions absolues elles peuvent être très perturbantes, et c’est un vrai soulagement quand on se réveille… Dans la nuit noire de l’âme, vous ressentez des émotions de ce niveau-là en permanence, alors que vous êtes éveillé et conscient, jusqu’à ce que tout soit traité. Parce que c’est un processus qui vous amène vraiment à explorer vos ressentis dans toute leur essence. Soyons franc, c’est relativement ingérable… Et expliqué comme ça, ben la nuit noire de l’âme par définition c’est, littéralement, un cauchemar éveillé et continu.
  • C’est un processus de conscientisation d’ailleurs qui est assez paradoxal, dans le sens où avec tous ces schémas enfouis qui remontent à la surface, vous êtes dans un état de lucidité et de clarté mentale sans précédent dans votre vie, et en même temps, ces émotions tellement à vif vous donnent l’impression de sombrer dans la démence. Et c’est le paradoxe : vous êtes lucide vis-à-vis de votre propre folie, vous explorez, donc vous sombrez dans votre folie en toute lucidité. Il faut l’avoir expérimenté pour savoir ce que ça fait.
  • Et puis la nuit noire de l’âme manquerait de charme s’il n’y avait pas les fameuses foudres karmiques ! En ce qui me concerne, j’ai envie d’utiliser le terme de foudres pour décrire deux phénomènes différents. Le premier, ce sont de véritables foudres au sens propre du terme, c’est-à-dire de véritables décharges qui s’apparentent à des courants électriques qui passent le long de votre structure énergétique. Ça se calme au bout d’un moment, mais au début quand vous avez vraiment toutes vos blessures à vif, ça pique pas mal… Quand l’une de ces décharges passe, vous pouvez vraiment avoir l’impression de subir une électrocution et de vous prendre 10 000 volts dans le corps. Moi j’ai des souvenirs où j’étais vraiment allongé sur mon lit et où je me tordais de douleur, où j’avais des spams, et où, vu de l’extérieur, on aurait pu vraiment croire que je me faisais électrocuté par quelque chose je pense. Pour refaire un parallèle avec une série, si vous avez vu la série Gotham sur les origines de Batman, à un moment donné, le professeur Strange fait subir un traitement très particulier à ses patients de l’asile d’Arkham. Il leur insuffle la drogue de l’épouvantail qui réveille et exacerbe toutes leurs plus grandes peurs et pendant que ces peurs sont actives, le professeur Strange « soigne » ses patients en leur faisant passer des courants électriques dans le cerveau. Franchement, la nuit noire de l’âme, c’est un peu ça… En tout cas les foudres, dans leur sens premier j’ai l’impression de les avoir vécues comme ça.
  • Et ensuite, ben il y a les foudres karmiques au sens traditionnel où on l’entend, à savoir l’univers qui fait tomber des événements douloureux pour vous faire évoluer et vous remettre sur le droit chemin. Un peu comme si Zeus lançait des éclairs sur votre route, vous pouvez enchaîner en un temps record des synchronicités atroces à travers lesquelles l’univers vous coupe d’absolument tout : amour, amitié, famille, travail, argent, santé… tout est enlevé… Le contrôle complet vous échappe, tout se goupille « mal », vous pouvez avoir des clashs avec un nombre important de gens, et ce, j’insiste, même sans le faire exprès. Même en prenant toutes les précautions pour éviter cela, les circonstances vont s’enchaîner pour que les mauvais mots sortent au mauvais moment et vous mènent droit au conflit. Avec des proportions gigantesques… Je sais que quand les premières foudres sont tombées pour moi, au bout de 48h, je ne voulais déjà plus sortir de mon appart de peur de provoquer une catastrophe. Ah oui, parce que ça arrive d’un coup la nuit noire de l’âme, la mienne en tout cas. Alors c’est vrai qu’il y avait des signes annonciateurs, mais en ce qui me concerne, il y a vraiment eu une date, et un événement, avec lequel tout a basculé. Et à partir de là les foudres se sont enchaînées, et cela arrive de façon si rapide, si rapprochée, si différente de ce qu’il se passe d’habitude dans votre vie, que vous ne pouvez plus croire au hasard et vous pouvez voir le voile de la réalité se déchirer et voir en arrière-plan l’univers qui met tout cela en place contre vous… Il y a des jours, ça me faisait penser à ces films fantastiques dans lesquels vous avez quelqu’un qui a déréglé l’espace-temps, ou dans lesquels il y a des mondes parallèles qui fusionnent, et vous avez les personnages qui sont dans un environnement quelconque et d’un coup, sans raison apparente, hop, vous avez cet environnement qui se transforme, comme si le jeu vidéo venait d’être reprogrammé. Je sais pas si vous voyez ce que je veux dire ? Ben en fait dans ces moments-là, quand les foudres tombent, vous avez l’impression de vraiment voir l’espace-temps, l’univers lui-même autour de vous se désintégrer complètement, c’est… vertigineux…

Pourquoi ces foudres-là ? Et bien pour deux raisons. La première, c’est que le but avoué de la nuit noire de l’âme, c’est de devenir complet, c’est ça le fameux contrat à honorer. Devenir complet et donc être heureux par soi-même, c’est pourquoi la vie vous coupe tous les « artifices » qui pourraient vous soutenir. Cela vous ferait du bien d’avoir le soutien d’un ami ? Vous vous prenez en grippe avec tous ceux que vous avez. Cela vous ferait du bien d’être en couple ? Toutes les rencontres que vous ferez s’avéreront stériles. Et ainsi de suite. Ce qui participe au passage au réagencement des relations sociales qui prend place dans tout parcours d’éveil spirituel de toute façon. Et puis oui, petite précision aussi, quand vous entamez votre nuit noire de l’âme, vous allez passer pour un fou auprès de tout le monde, les gens autour de vous vont rien comprendre à ce qu’il vous arrive… donc ça entraîne pas mal de coupures, forcément. Et donc tout cela dans l’optique de parvenir à être heureux uniquement par vous-même, sans attachement ou addiction venant palier votre mal être. Pour accomplir l’exploit d’être parfaitement heureux même en enfer, en fait.

Et une deuxième raison pour laquelle la vie place toutes ces coupures dans votre quotidien, c’est pour vous montrer que vous n’êtes pas sur le bon chemin, le bon chemin c’est-à-dire votre chemin de vie, et donc vous faire revenir sur le chemin que vous devez suivre. Donc bien sûr cela fait écho à ma vidéo sur les portails. Et cela c’est important d’en avoir conscience. Parce qu’il y a des gens qui se prennent des foudres des fois et qui se disent « allez je prends sur moi, je vais être fort, ça va passer », oui… mais les foudres elles ne tombent pas sans raison non plus, il y a une raison derrière chacune d’entre elles et les foudres c’est aussi une sanction lorsqu’on a fait un choix inadapté par rapport au contrat d’âme qu’on est censé suivre. Donc il ne faut pas non plus être passif face à une foudre et attendre que l’orage passe, il faut aussi être capable d’identifier pourquoi on en prend une et d’évoluer en conséquence. Sinon ça va continuer de frapper de plus en plus fort… Alors qu’à l’inverse, à partir du moment où vous acceptez le chemin en conscience, et où vous vous mettez à l’écoute des messages de l’univers, ben les foudres elles diminuent, voire elles disparaissent. Elles n’ont plus lieu d’être puisque vous n’en avez plus besoin pour être attentif.

Vous parler de cela, ça me permet de vous décrire la nuit noire encore d’une autre façon : la nuit noire de l’âme donc, c’est ce qui s’enclenche quand vous vous êtes trop éloigné de votre chemin de vie et c’est ce qui vous permet de raccrocher votre chemin de vie justement. Dans ma vidéo sur les portails, je vous expliquais qu’en ce qui concerne votre chemin de vie, vous arriviez à des points de passage, que j’ai appelés des portails, qu’à ces portails vous aviez un choix à faire entre l’ombre et la lumière, ce qui se présente le plus souvent sous la forme d’un test, et que si vous choisissiez l’ombre, vous risquiez de vous prendre une foudre. Et cela peut se répéter à chaque portail successif : si à chaque portail vous choisissez l’ombre, vous vous prenez des foudres à chaque fois. Et je vous avais expliqué que ce mécanisme il était présent tout au long de votre vie. Donc en fait, d’un certain point de vue… la nuit noire de l’âme, c’est la vie comme d’habitude. C’est juste que quand vous traversez une nuit noire de l’âme, sur votre parcours de vie, vous en êtes au stade où vous êtes le plus éloigné de votre âme, où vous êtes le plus éloigné de qui vous êtes vraiment, et où le mécanisme des foudres et du travail sur soi gagne tellement en intensité que vous ne pouvez plus être dans le déni des messages qu’on vous envoie. Mais c’est pas pour autant que la vie change vraiment son fonctionnement en fait. Je sais que quand moi j’ai entamé ma nuit noire de l’âme, j’ai identifié tout ce que je vous ai dit dans cette vidéo, j’ai senti que je rentrais dans une période de ma vie complètement différente de tout ce que j’avais connu jusque-là… jusqu’à ce qu’ensuite, avec du recul, ben je me rende compte qu’en fait, toute ma vie ce processus il avait été présent, il avait juste été moins intense et je l’avais jamais identifié comme tel. C’est pour ça en introduction, quand je vous disais que je ne savais pas trop jusqu’à quel point la nuit noire de l’âme c’est différent d’une dépression… d’un côté oui seulement c’est beaucoup plus intense… d’un autre côté le mécanisme est le même. D’ailleurs dans les périodes où tout va bien, le mécanisme est le même. Parce que, idem, quand vous sortez de votre nuit noire de l’âme, d’un certain point de vue vous en sortez jamais, vous êtes toujours dans le même système, c’est juste que comme vous choisissez la lumière parce que vous avez retrouvé votre âme, au lieu d’expérimenter des foudres et des expériences douloureuses, ben vous expérimentez des miracles et des expériences agréables. La nuit noire de l’âme c’est ce que vous expérimentez quand vous avez mis trop d’ombre dans le système et que le système implose, et ça se résout dès que vous y mettez de la lumière, mais le système reste le même. La mécanique de la vie reste la même. Voilà, je ne sais pas si c’était clair, mais j’avais envie de préciser ça.

Les avancées dans la nuit noire de l’âme

La nuit noire de l’âme c’est un processus qui s’enclenche lorsque vous ne pouvez plus avancer autrement dans votre vie, et c’est un parcours chaotique dans lequel il y a des cycles : pas de vrais moments de pause car tant que l’objectif de votre âme n’est pas atteint, vous n’avez aucun moyen d’échapper à ce parcours, mais il y a des périodes moins intenses que d’autres. Cela se fait en lien avec les phénomènes énergétiques environnants : les pleines lunes et les nouvelles lunes, les changements de saison, la météo… tant d’éléments auxquels je n’avais jamais fait attention avant et dont j’ai appris à reconnaître l’influence. Quand j’étais plus jeune je sais que j’adorais la pleine lune, parce que c’était joli, ça faisait un beau paysage nocturne, c’était romantique… C’était le bon temps… Alors qu’au contraire la lune maintenant mais elle me gonfle, si vous saviez … Enfin bref ^^. Il y a des périodes dans ce parcours. Vous pouvez ressentir des thèmes à traiter selon les périodes, qui sont partagés de façon commune avec les autres travailleurs de lumière d’ailleurs. Vous pourrez remarquer qu’on se retrouve souvent en même temps à devoir gérer des tensions familiales, ou des tensions au boulot ou des choses comme ça. C’est synchronisé par les énergies environnantes et on se retrouve tous à être un peu dans le même wagon et à affronter les mêmes thèmes en même temps. Et enfin, il y a des périodes qui deviennent plus douces, à partir du moment où vous n’êtes plus en défiance vis-à-vis du travail qui est à faire et que vous suivez le chemin qui est véritablement le votre.

Et donc maintenant que cette précision a été faite, et que j’espère qu’avec tout ça, vous comprenez mieux ce que c’est que la nuit noire de l’âme dans sa nature, on peut enfin se poser la question : comment on fait une fois qu’on est pris dedans ? La nuit noire de l’âme, comment est-ce qu’on s’en sort ?

Concernant cette question, je vais pas trop rentrer dans les détails, même si on est d’accord, c’est la question la plus importante de cette vidéo… Pourquoi ? Justement parce que c’est très vaste et que répondre à cette question c’est pas le sujet d’une vidéo, c’est le sujet d’au moins plusieurs dizaines de vidéos… et d’ailleurs, c’est la question à laquelle je réponds dans toutes mes vidéos sur cette chaîne. Toutes les vidéos que j’ai faites et que je ferai à l’avenir, pour vous aider à prendre conscience de votre valeur, prendre conscience de la réalité spirituelle dans laquelle on évolue, pour mieux comprendre votre parcours d’éveil et pour prendre votre vie en main, ben plus ou moins directement, elles vous donnent toutes un mode d’emploi pour triompher de votre nuit noire de l’âme.

Donc je vous renvoie à tout ce que je vous dis d’habitude, mais pour y répondre quand même brièvement à cette question, la nuit noire de l’âme, elle s’arrête une fois qu’on atteint un certain équilibre et une complétude interne. Lorsque on réaccède à toutes les parts de nous-mêmes auxquelles on était fermé jusque-là dans notre vie. C’est la seule solution, il n’y a pas de raccourcis ni de recette miracle. La nuit noire de l’âme, elle vous guide vers le nettoyage de vos blessures originelles, du petit truc qui est inscrit dans votre psychisme depuis que vous avez 3 ans et que vous pensiez qui serait là toute votre vie, du premier grain de sable originel qui grippe toute votre mécanique interne, c’est sur celui-ci que l’univers vous force à travailler, jusqu’à ce qu’il sorte enfin, pour que votre mécanique interne devienne fluide.

Ça demande énormément de patience, ça prend plus ou moins de temps selon les gens, selon le parcours de chacun, mais enfin quand même, on n’est pas vraiment sur ce qu’on pourrait appeler une thérapie brève… La nuit noire de l’âme c’est qui fait la transition entre votre vie d’avant et votre vie d’après, ce sera la plus grande transition de votre vie et donc c’est une expérience qui se paramètre en cohérence et à l’échelle de toute votre vie, donc oui ça peut prendre plusieurs années… Soyez pas surpris si ça prend du temps, désolé pour la mauvaise nouvelle… Ensuite quand on a le code, qu’on comprend ce qu’il se passe, qu’on travaille sur soi et qu’on accepte le parcours, on arrête de se prendre des foudres tous les 4 matins, et ça va mieux déjà, le parcours devient un peu plus léger… ça demande beaucoup de courage aussi, beaucoup de sagesse, beaucoup de vaillance, quand vous êtes dans ce processus, vous êtes vraiment le chevalier qui suit sa quête légendaire et qui doit avoir le cœur le plus pur possible, qui ne doit jamais dévier de sa quête malgré les tentations qui seront éventuellement sur le chemin… ça va demander beaucoup de détachement aussi, vis-à-vis de tout ce dont on peut être dépendant, ce qui bien souvent va être vécu comme un processus de renonciation.

Pour permettre tout cela, la vie elle-même appuie sur chacune de vos blessures, ce qui va s’avérer extrêmement douloureux… jusqu’à ce que celles-ci lâchent enfin, et alors là, ça s’ouvre, et tout va mieux. Et c’est ce qui est surprenant avec la nuit noire de l’âme, c’est que, aussi désespéré que cela peut en avoir l’air jusqu’à la dernière minute, la minute d’après tout peut être résorbé. La guérison de ce que j’ai pu en voir, elle suit un processus progressif certes, par étape, mais pas forcément graduel et linéaire, la guérison elle se fait véritablement par à-coups, par paliers… par portails donc. En général à la fin de ces paliers, vous avez des événements très intenses qui se mettent en place, que ce soit des tests, des dénouements de situations passées ou autres… parce que c’est un travail intérieur qui se fait vraiment en collaboration avec la vie elle-même et avec l’agencement de la réalité extérieure. Et alors quand ces moments de vérité ils arrivent, ouais on flippe un peu, parce que ça décoiffe quand même… mais si à ce moment-là on est prêt, hop, ça s’ouvre, et ça va mieux. Ce qui personnellement m’a permis de constater plus d’une fois que le désespoir ou la noirceur qu’on peut ressentir n’est rien d’autre qu’un simple programme dans notre tête, et jamais une appréciation objective de la réalité, au passage…

Une fois que vous avez fait le travail qui vous est demandé, alors vous réaccédez à la vie et l’univers vous rouvre les vannes pour que la vie fonctionne pour vous comme elle a toujours été supposée fonctionner. Ça sert à rien d’ailleurs d’essayer de vivre une vie normale et de mettre en place des trucs ou autre, tant que le travail n’est pas fait d’ailleurs. Mais vous allez vite vous en rendre compte de toute façon que pendant votre nuit noire de l’âme tout est verrouillé et qu’à part faire le travail que l’univers vous demande, vous ne pouvez absolument rien faire d’autre dans votre vie… c’est pas possible.

Cela se fait en plusieurs étapes donc. Cela peut revenir par moment aussi car cet équilibre interne qui est à atteindre il est à maintenir par la suite bien sûr… c’est pas comme à la fac où il suffit d’avoir la bonne réponse le jour de l’exam et si 2 semaines après vous avez tout oublié c’est pas grave, vous avez quand même votre diplôme… non là les leçons de l’univers faut qu’elles soient un peu mieux intégrées que ça quand même… Bien sûr, des tests sont mis en place par la vie elle-même pour valider si les leçons que vous avez à apprendre sont bien apprises ou non. Et si elles sont bien apprises, l’univers vous libère de votre prison, et vous êtes libre. Parce que oui c’est l’univers qui valide, c’est pas vous qui décidez quand c’est fini… voir ma vidéo sur le permis d’éveil spirituel.

Conclusion

Voilà ce que je pouvais vous dire sur la nuit noire de l’âme. Cette vidéo elle ne présente jamais que mon point de vue, et la façon dont moi j’ai vécu ma propre nuit noire de l’âme. Ensuite, il va sans dire qu’on est aussi dans un processus qui est personnalisé. Et vous remarquerez peut-être des différences vis-à-vis de votre propre parcours par rapport à ce que je viens de dire, donc je vous invite aussi à garder l’esprit ouvert vis-à-vis de toute cette description.

Ça faisait longtemps que je voulais vous présenter ce phénomène en tout cas, j’espère que ça vous aura parlé… ou pas, parce que si ça vous parle, c’est pas forcément bon signe. Les plus chanceux d’entre vous, c’est encore ceux parmi vous à qui ça ne parle pas. Mais enfin, même si la nuit noire de l’âme, c’est un concept qui aujourd’hui ne parle peut-être pas à tout le monde parmi vous, c’est un concept qui pour certains d’entre vous, je suis désolé de vous le dire, dans un certain temps va carrément vous parler. Vous repenserez peut-être à cette vidéo un peu plus tard. Si cela vous frappe, vous traverserez une aventure humaine sans commune mesure avec tout ce que vous avez pu connaître par le passé, et qui vous changera à jamais, car une fois encore cela va vous amener à faire un travail sur vous sans précédent par rapport à ce que vous avez pu faire auparavant. Même si vous utiliserez peut-être par moment des outils issus du développement personnel traditionnel pour travailler sur vous, cela va se faire dans un contexte d’ouverture spirituelle et de lucidité psychologique d’une profondeur inégalée dans votre vie jusque-là, et cela va vraiment marquer un avant et un après dans votre vie. Je sais qu’en ce qui me concerne j’ai travaillé sur moi quasiment toute ma vie, j’avais déjà fait des psychothérapie, des soins énergétiques, j’étais coach certifié, et avec le recul, je me rends compte que quand ma nuit noire de l’âme a commencé, j’avais fait… peut-être 15% en fait du travail que j’avais à faire sur moi, et quelque part c’est une aventure qui a complètement ridiculisé ce que je percevais du développement personnel traditionnel.

Cela vous demandera un courage que vous n’auriez jamais soupçonné en vous. Peut-être pas comme celui qu’il faut pour se jeter dans les flammes pour sauver quelqu’un, mais un autre genre de courage : celui d’aller voir en soi. C’est un courage qui se déploie sans bouger de votre canapé, mais ça sera un saut dans le vide extrêmement intimidant lorsque viendra le moment de le faire. Car du point de vue de l’ego, ce moment où il faut regarder en soi pour aller voir qui on est vraiment, parfois, c’est vraiment comme de regarder du haut d’une falaise et trouver le courage de sauter, il y a des jours où ça ressemble vraiment à ça. J’avais lu une fois, je sais plus où, qu’à l’origine, le terme « guerrier » signifiait « celui qui n’a pas peur de se connaître lui-même », je ne sais plus où je l’avais lu mais ça m’avait marqué : basée sur cette définition, la nuit noire de l’âme fera de vous l’un des plus grands guerriers qui soient. Puis ça va tellement vous marquer, votre nuit noire de l’âme, ça va être un peu votre Vietnam à vous, vous verrez ^^.

En tout cas, j’espère que cette vidéo vous aidera au moins à savoir en quoi cela consiste, à savoir mettre des mots sur ce phénomène si vous le traversez, et à vous rendre compte que vous n’êtes pas fou car c’est important, dans une telle expérience, de s’en rappeler. Et surtout, j’espère que cela vous aidera à vous rappeler qu’aussi noire que soit la nuit, il y a toujours la lumière au bout. Votre lumière, en l’occurrence…

Je vous remercie de m’avoir suivi, et on se retrouve bientôt pour une nouvelle vidéo.

Paix et amour à vous tous…

Donnez-moi votre avis sur cet article :
No votes yet.
Please wait...

2 réflexions sur “La nuit noire de l’âme”

  1. Ping : Et si on parlait avec Dieu aujourd’hui ? - Coaching Evolution

  2. Ping : La méthode ultime pour être heureux ! - Coaching Evolution

Les commentaires sont fermés.