La fin du harcèlement

Le harcèlement est malheureusement l’un des sujets incontournables lorsqu’on aborde le thème de la séduction à l’heure actuelle, le thème dans lequel aucun homme bien intentionné ne veut tomber et qui est un problème pour tout homme qui souhaite aborder une femme.

Nous vivons dans une société avec le paradoxe selon lequel ce serait plutôt à l’homme d’aborder. Un homme qui ne le ferait pas serait considéré comme « n’étant pas assez viril » ou comme « ne portant pas ses c****les » pour reprendre une expression populaire, comme un homme n’ayant pas de courage et ne faisant pas ce qu’il faut pour prendre sa vie amoureuse en main, etc… Et en même temps, dès qu’un homme ose faire ce pas fatidique, il rentre aussitôt dans la case du mec lourd, qui dérange, qui est trop entreprenant, trop insistant et qui fait grimper les statistiques du harcèlement. C’est comme si en tant qu’homme, peu importe ce que nous faisons, aucun de nos comportements n’allaient et beaucoup d’hommes ne savent plus comment réagir, comment se comporter face aux femmes et tout simplement comment « être des hommes » à l’heure actuelle.

A cause du harcèlement dont tant de femmes sont victimes chaque jour, nous avons de plus en plus de lois et de campagnes de sensibilisation pour décourager les hommes d’adopter certains comportements envers les femmes. Des comportements que moi aussi je condamne bien évidemment, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Le problème que je veux souligner, c’est qu’il y a de plus en plus d’interdits sans qu’un modèle viable de ce qu’il faut faire, de ce qui fonctionne et de ce que les femmes attendent soit véritablement mis en avant.

Cela a une conséquence perverse qui est le principe de l’anti-sélection : c’est-à-dire que ces messages dissuadant sont presque exclusivement intégrés par les hommes qui sont bien intentionnés envers les femmes : ce sont les seuls qui les écoutent, et, soucieux de bien faire et d’être respectueux, ils peuvent finir par ne plus jamais prendre le risque d’aborder une femme quelque soit les circonstances. Les hommes qui par définition sont des criminels et qui se moquent de la condition des femmes, eux, ne vont pas écouter ces messages et vont continuer de faire ce qu’ils ont toujours fait. Autrement dit, dans un système qui gère le harcèlement uniquement par la condamnation, les « hommes biens » abordent de moins en moins les femmes, et les hommes mal intentionnés continuent de le faire comme ils l’ont toujours fait, ce qui fait que les mauvaises rencontres représentent une part toujours croissante des échanges que les femmes ont avec les hommes. Et c’est peut-être aussi pour cela que, malgré toute la sensibilisation qui peut être faite sur le sujet, les femmes ne voient pas leur condition évoluer…

Bien évidemment, en tant qu’homme, j’ai voulu éviter de tomber là-dedans, et en même temps, j’ai bien dû me rendre compte qu’il allait falloir que j’aille vers les femmes moi-même parce que ce n’était pas elles qui allaient venir vers moi. Car dans ce monde dans lequel nous vivons il y a une sorte de convention sociale qui dicte ça. Cela a entrainé un conflit intérieur, qui n’est pas que le mien et qui à mon avis est partagé par un très grand nombre d’hommes à l’heure actuelle. Je me suis, depuis longtemps déjà, demandé qu’est-ce qui pourrait résoudre cela. Pendant toutes ces années où j’ai étudié les relations amoureuses, j’ai essayé de rechercher une sorte de « modèle » à suivre, qui permettrait la pratique d’une séduction qui soit respectueuse, éthique, digne, et bien sûr, qui fonctionne. Et en fait j’en suis arrivé à la conclusion que… un homme qui aborde une femme, ça ne marche pas.

Ce n’est pas vrai à 100% du temps bien sûr. Il y a des fois où j’ai abordé une femme qui me plaisait dans la rue et où j’ai été accueilli avec un grand sourire, où cela a mené à une discussion chaleureuse où chacun de nous deux avait passé un bon moment, des fois où j’ai pu prendre leur numéro, des fois où l’on a pu aller boire un verre ensemble après, et des fois où cela a abouti sur une relation. Et il y a eu des fois où cela a marché pour d’autres hommes autour de moi. Et heureusement ! Heureusement que, même dans notre monde rempli de tabous et d’interdits, l’amour se fiche de nos conventions sociales et parvient à trouver sa voie pour naître n’importe où, n’importe quand. Mais même si cela a marché, force m’est de constater que l’amour n’a pas toujours été ce qui triomphe dans ce système : cette aventure a eu lieu au prix d’un effort et d’une persévérance considérables, avec un nombre de rejets phénoménal (quand en face la plupart des femmes affirmaient n’avoir jamais essuyé de rejet dans leur vie car elles n’en avaient « jamais eu besoin »), et surtout au prix d’un harcèlement structurel dans notre société de la part des hommes envers les femmes. Autant de constats qui, malgré la nuance que je viens d’apporter, me font dire aujourd’hui que globalement, quand les hommes abordent les femmes, cela ne marche pas.

Il y a un point sur lequel j’aimerais insister pour commencer, qui est que le fait qu’un homme aborde une femme n’est pas spécialement « naturel ». Il n’est pas inscrit dans le code génétique de l’humanité que ce soit à l’homme d’aborder la femme et non l’inverse. La norme selon laquelle ce serait à l’homme d’aborder a émergé non pas pour des raisons naturelles mais pour des raisons culturelles, à cause du principe obsolète selon lequel une femme qui aborderait un homme serait « une femme facile », ce qui est peut-être l’une des plus vieilles normes qui soit dans l’histoire de l’humanité en ce qui concerne les rapports hommes/femmes.

J’ai souvent pu lire que, à l’état de nature, ce sont les hommes et non les femmes qui partaient à la chasse et que cet instinct de « chasseur » se retrouverait dans la séduction et expliquerait que les hommes auraient un instinct naturel à « pourchasser les femmes » (et je suis sûr que vous avez déjà lu cela aussi à droite à gauche).

  • Déjà je ne suis pas sûr que l’être humain ait spécialement un instinct pour la chasse.
  • Même si nous en avions eu un je ne suis pas sûr qu’il en reste grand-chose dans la société de haute technologie dans laquelle nous vivons.
  • Et je ne vois pas le rapport avec la séduction, je ne vois pas en quoi un instinct que nous aurions dans le domaine de la chasse aurait la moindre conséquence dans le monde des amours.

En tant qu’homme, je n’ai jamais chassé de ma vie et je peux vous témoigner personnellement que je n’ai absolument AUCUN instinct de genre ^^. J’ai aussi pu entendre des couples discuter et dire que s’ils avaient un enfant, ils préféraient avoir un garçon plutôt qu’une fille car « ce serait lui le prédateur et non la proie », ce qui en dit long sur toutes les notions toxiques que nous pouvons avoir vis-à-vis de la séduction à l’heure actuelle, qui est devenu un jeu complètement impossible.

Je pense qu’il y aurait une solution simple au harcèlement : ce serait qu’on change cette norme sociale et qu’on décide que ce soit désormais aux femmes d’aborder les hommes. Et cela présenterait de nombreux avantages…

  • Le premier avantage, c’est que cela serait plus sécurisant pour les femmes. Sachant qu’il y a une différence de taille et de force (différence naturelle, statistique et objective cette fois-ci) entre les hommes et les femmes à l’avantage des hommes, il est complètement stupide, voire cruel, d’imposer que ce soit « le sexe fort » qui aborde « le sexe faible ». Dans un monde où ce sont les hommes qui abordent les femmes, si une femme intéresse un homme qu’elle juge effrayant et menaçant pour sa sécurité, elle n’a pas le choix que d’essuyer son approche, et d’espérer que son refus soit compris. Si ce sont les femmes qui abordent les hommes en revanche, cette femme a le choix de ne pas aborder cet homme intimidant et de ne se diriger que vers des hommes avec qui elle se sent en confiance.
  • Autre avantage, à mon avis les femmes essuieraient beaucoup moins de rejets que les hommes si c’était elles qui abordaient, car les hommes ne sont pas limités par des conditionnements qui les empêchent de se lancer dans une relation. S’ils se rendent compte qu’une femme leur plaît, ils y vont, tout simplement. Le processus de séduction serait beaucoup plus fluide et efficace.
  • Ensuite. J’ai tendance à penser que si les hommes se faisaient aborder par des femmes, beaucoup d’entre eux ne le vivrait pas comme du harcèlement et que la plupart vivrait cela très bien émotionnellement, sans le ressentir comme une atteinte à leur sécurité.
  • Notez au passage que le fait que les femmes abordent ne change rien au reste des dynamiques de séduction que nous connaissons. Cela ne change rien au fait qu’une femme peut changer d’avis si elle se rend compte que finalement cet homme ne lui plaît pas, cela ne change rien au fait que l’on peut prendre le temps d’apprendre à se connaître, et cela n’empêche pas une femme, une fois l’interaction lancée, de faire passer à un homme les tests inconscients dont elle a besoin pour confirmer la valeur qu’elle a perçu chez lui au premier abord, entre autres…
  • Autre avantage, cela mettrait les hommes dans une position où ils sont davantage valorisés. Dans les rares cas dont j’ai pu être témoins dans lesquels ce sont les femmes qui abordent les hommes, ce sont toujours des cas qui fonctionnent beaucoup mieux, dans lesquels les hommes n’ont pas besoin de se ridiculiser en essayant d’être autres qu’ils ne sont ni de « mentir » pour séduire la femme en face d’eux. Pourquoi mentiraient-ils pour être quelqu’un d’autre puisque dans un tel cas, être eux-mêmes a déjà suffit à plaire ? J’ai eu l’occasion d’aider un certain nombre d’hommes à aborder des femmes à une époque, et vous voulez que je vous dise ? La plupart d’entre eux étaient des hommes très intelligents, intéressants, profonds… et en fait il y avait un seul domaine dans leur vie dans lequel ils étaient ridicules, et c’était lorsqu’il s’agissait d’aborder une femme. Parce que cela supposait de jouer un jeu impossible dans le monde actuel. Dans un monde où les femmes ont tellement l’habitude d’être abordées par des « gros lourds » avec des « techniques d’approches complètement ridicules », celles-ci pourraient peut-être être surprises en abordant les hommes par elles-mêmes de découvrir ainsi des hommes plus à l’aise, qui sont eux-mêmes pour la première fois.

Et surtout, car c’est quand même cela le thème de mon article, le fait que les femmes se mettent à aborder les hommes est vraiment à mes yeux ce qui peut réduire le harcèlement. Comme je l’ai dit, il n’est pas naturel pour les hommes d’aborder les femmes, ces derniers le font avant tout par pression, parce qu’ils savent que dans le monde actuel, s’ils ne le font pas, ce n’est pas les femmes qui le feront.

Et vous savez quoi ? Les hommes n’aiment pas faire cela, pour la plupart… Malgré tous les clichés que nous pouvons avoir sur les hommes, selon lesquels ils seraient « pervers », « machos », etc… l’homme qui suit une femme pendant plusieurs centaines de mètres dans la rue la nuit dans l’espoir d’avoir son numéro, pensez-vous vraiment que cet homme est heureux de faire cela ? Pensez-vous qu’il est vraiment épanoui et en accord avec sa vraie nature ? Moi ça me paraît évident que non…

Aussi je suis quasiment sûr d’une chose : c’est que si les hommes se faisaient aborder ne serait-ce que par une femme toutes les semaines en moyenne (ce qui, statistiquement parlant, est très loin d’égaler le nombre d’approches que reçoivent un grand nombre de femmes), à partir du moment où cela arriverait, il n’y aurait plus un seul homme qui se lèverait de son canapé pour aborder une femme et les statistiques du harcèlement chuteraient de 90% en seulement 3 mois…

La cerise sur le gâteau, c’est qu’en plus, cela redonne le pouvoir aux femmes. Car dans un monde où jusqu’à présent nous avons cherché à sensibiliser les hommes au harcèlement, quelque part, cela signifie qu’en tant que femme, si vous voulez enfin pouvoir vivre dans un monde en paix sans harcèlement, vous n’avez pas d’autres choix que d’attendre que les hommes changent… Alors qu’à l’inverse, les femmes peuvent choisir d’aborder les hommes et ainsi prendre en main le changement par elles-mêmes.

Certes, il y a le problème de la pression sociale actuelle à contourner, mais cela peut évoluer extrêmement rapidement. De la même façon que les femmes ont commencé à entretenir entre elles, envers leurs amies, des discours du genre « non, tu ne devrais pas te laisser faire par un homme et en plus si tu te laissais faire, ça n’aurait pas des conséquences que sur toi, cela aurait des conséquences sur toutes les femmes » (vous voyez ce que je veux dire ?), les femmes pourraient se retrouver à se dire entre elles « non, si ce mec te plait, tu dois l’aborder, parce que si tu attends que ce soit lui qui le fasse, alors tu envois comme message que c’est toujours aux hommes de nous aborder massivement, et cela a des conséquences sur chacune d’entre nous ». Et une toute nouvelle culture serait née…

Voilà la réflexion que je souhaitais partager avec vous sur le thème du harcèlement. Est-ce que cette théorie fonctionnerait vraiment ? Cela, il faudra le vivre pour le savoir. Je tenais à en parler ici car c’est une solution dont je n’ai jamais vraiment entendu parler ailleurs, qui est très facile à appliquer, qui ne coûte rien, qui redonne le pouvoir aux femmes, et qui en plus n’est pas basée sur la condamnation, la culpabilisation ou la répression mais bel et bien à nouveau sur l’amour et la communication entre les deux sexes.

Paix et amour à vous tous…

Partagez cet article :
Share on Facebook
Facebook
0Pin on Pinterest
Pinterest
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Donnez-moi votre avis sur cet article :
No votes yet.
Please wait...