C’est quoi « être spirituel » ?

Bonjour mes amis de Youtube, j’espère que vous allez bien et que la vie est belle pour vous. Aujourd’hui, on va parler de spiritualité pure et dure, parce qu’on va voir ensemble ce que ça veut dire « être spirituel ».

Pour se mettre dans le bain, je vais vous raconter une super blague de spiritualité… ça se passe dans une école catholique très stricte, tous les jours les élèves mangent à la cantine où tous les plats sont plus fades les uns que les autres, et quand ils arrivent avec leur plateau au niveau des desserts, il y a toujours un panier de pommes, avec une affiche sur laquelle il est marqué « prenez une seule pomme, Dieu vous regarde ». Et un jour, miracle, ils ne savent pas pourquoi, mais à côté des pommes, il y a un plateau gigantesque avec une montagne de cookies au chocolat. Et il y a un élève qui sort une feuille et un stylo, et il y laisse une note avec marquée « prenez tous les cookies que vous voulez, on s’en fout, Dieu regarde les pommes ».

Voilà, je sais pas si je la raconte bien, mais moi j’étais plié en douze quand je suis tombé dessus ^^.

Bon maintenant, on va passer aux choses sérieuses… Dans cette vidéo, je voudrais échanger avec vous autour d’une définition de base de ce qu’est la spiritualité, qui est un sujet qui vous intimide peut-être… Parce qu’au départ, on peut avoir l’impression que c’est un univers très particulier, il y a beaucoup de concepts intimidants, il y a des notions énergétiques qui peuvent être très complexes et abstraites pour certains… entre autres… Et avec tout ça, la spiritualité, au premier abord, ça peut nous renvoyer l’image d’un monde un peu à part, par lequel on ne se sent pas vraiment concerné. Alors qu’en fait, à la base la spiritualité, c’est quelque chose de très simple, et qui nous concerne tous à chaque instant…

Donc, ça veut dire quoi être spirituel ? J’en sais rien… je continue de me poser la question tous les jours… Mais dans le cadre de cette vidéo, je vais en proposer une définition : être spirituel, dans son essence-même, c’est quand vous suivez ce que vous, vous savez être vrai. Point. Voilà et en fait la vidéo est finie, si vous savez ça la spiritualité vous savez ce que c’est. C’est simple comme définition. Peut-être plus compliqué à mettre en pratique mais dans l’idée, c’est très simple.

Faire honneur à votre propre vérité

Etre spirituel, c’est donc simplement rechercher sa propre vérité intérieure, l’intégrer pour en faire sa propre guidance et vivre sa vie en accord avec celle-ci. C’est accepter d’être soi-même son propre guide, c’est une démarche de reconnaissance et d’affirmation de soi qui par définition nous mène vers l’autonomie, et ce n’est donc pas accepter la vérité d’une autorité extérieure. Etre spirituel, par définition, c’est être libre et être Maître de notre propre réalité intérieure, à laquelle s’ajuste ensuite la réalité extérieure.

Pour moi c’est ça être spirituel. C’est la reconnaissance et la reconnexion à ce centre de décision intérieur. C’est être soi tout simplement, et c’est s’assurer que lorsqu’on s’exprime, c’est bien nous qui parlons, c’est pas les autres ou un programme quelconque en nous. Vous pouvez le sentir quand en exprimant quelque chose que vous aviez au fond de vous pour la première fois, vous ressentez une sensation d’évidence et de précision absolue. Vous pouvez le sentir aussi quand vous vous rendez compte que vous exprimez vos pensées avec vos propres mots et que vous n’avez plus besoin d’emprunter les mots des autres pour le faire… Elle paraît anodine cette phrase mais prenez le temps d’y réfléchir… Si vous n’utilisez pas des mots qu’on vous a donné au travers d’un diagnostic quelconque mais que vous utilisez vos mots à vous ? Même si c’est moins élégant, même si c’est plus direct, on s’en fout, qu’est-ce que vous exprimeriez ? Parce que c’est ça, être spirituel, c’est vraiment une démarche de reconnaissance du soi. Donc être spirituel, ça ne se mesure pas par le nombre d’heures de méditation qu’on fait dans la semaine, ni par le fait qu’on ait acheté une statue de Buddha pour décorer son salon, selon moi ça se mesure uniquement par le niveau d’authenticité qu’on a vis-à-vis de soi-même.

Donc il n’y a absolument rien de magique ou d’extraordinaire là-dedans. Vivre sa vie selon ce qu’on sait être vrai, être soi-même tout simplement, pour un être humain, il n’y a rien de plus naturel que ça. Par contre, même si c’est naturel, ou qu’en tout cas ça devrait l’être, c’est pas « normal » dans le monde actuel qui est une société qui nous formate énormément et qui nous pousse quotidiennement à sacrifier notre vérité intérieure pour nous forcer à rentrer dans le moule sous l’influence de la pression sociale qu’on connaît tous. Exemple, être spirituel, ça veut dire vivre sa vie en fonction de son propre regard sur soi-même, et non pas en fonction du regard des autres… Oui ben le regard des autres… on est encore très nombreux à devoir s’en libérer. Moi le premier d’ailleurs, même si je vous fais cette vidéo, ça veut pas dire que j’en suis libéré à 100% et que j’ai pas encore des leçons à apprendre, on est d’accord.

Donc, spirituel on l’est tous plus moins, c’est pas une notion absolue, c’est une notion relative. Il n’y a pas d’un côté les gens qui sont spirituels et de l’autre ceux qui ne le seraient pas, on en est tous juste à des stades différents sur un parcours qui est infini. Et c’est un concept qui s’oppose par définition à la notion de dogme, voire même de culture, pour au contraire privilégier dans le présent la reconnaissance et la souveraineté de notre centre de décision intérieur. Cela tourne autour d’une question centrale que perso je me pose souvent, à savoir : si personne ne vous avez jamais rien dit, qu’est-ce que vous feriez ? Par vous-même ? Si vous deviez être le ou la seule à tirer vos propres conclusions ? Cette question est elle extrêmement importante, car c’est ça selon moi l’application de la spiritualité au quotidien, ça s’applique à toutes les situations du quotidien d’ailleurs, ça s’applique vraiment à chaque seconde de votre vie. C’est une attitude qui consiste à vous reconnaître comme suffisamment digne et compétent pour être le seul décisionnaire de votre vie. C’est être à l’écoute de cette partie de vous-même qui sait ce qui est vrai ou pas pour vous, et c’est identifier ce qu’on appelle « son plus haut niveau de conscience » pour vous orienter dans le labyrinthe de l’existence.

Etre spirituel, c’est l’action d’incarner et exprimer son plus haut de conscience de façon continue dans le quotidien. Notre plus haut niveau de conscience c’est quoi ? Techniquement, c’est le niveau de conscience qu’on a sous l’impulsion de notre vibration la plus haute : votre plus haut niveau de conscience, c’est la vision que vous avez quand vous êtes le plus en contact avec votre lumière intérieure… Ou, pour dire la même chose avec des mots moins savants :

  • C’est arrêter d’agir de façon stupide quand au fond de soi on est capable d’être plus intelligent,
  • C’est arrêter d’avoir des comportements destructeurs quand on a identifié d’autres comportements qui seraient plus bénéfiques,
  • C’est arrêter d’aller dans une direction quand on sait qu’on est fait pour aller dans une autre,
  • C’est arrêter de faire comme si on savait pas alors qu’on sait,
  • C’est arrêter d’être faux pour laisser place au vrai,
  • Etre spirituel, c’est être vrai,
  • C’est être totalement honnête vis-à-vis de soi-même,
  • C’est ne faire qu’un avec soi-même,
  • En fait c’est être, tout simplement.

Personne n’a dit que c’était facile…

Etre spirituel, c’est affirmer sa propre vérité face à toutes les contre-vérités qui nous sont assénées par l’environnement, que ce soit à travers les conditionnements sociétaux, l’éducation, de nos parents ou du système scolaire, la pression sociale d’un groupe quelconque… ou même qui nous sont assénées à travers YouTube… y compris mes vidéos… Je le rappelle encore une fois, mes vidéos ne contiennent aucune vérité absolue et c’est pas parce que je fais des vidéos que j’en sais plus que les autres. Tout ce que je vous partage sert uniquement en tant que source d’inspiration pour vous guider vers votre propre vérité personnelle. Les informations qui s’y trouvent y sont parce que j’ai pu en faire par moi-même l’expérience dans ma propre vie. Mais si vous, vous décidez de suivre cela aveuglément sans en faire l’expérience par vous-même, vous n’aurez pas avancé d’un pas sur votre propre parcours spirituel…

Alors tout cela, ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas demander de conseils aux autres de temps en temps, ça ne veut pas dire non plus qu’on ne peut pas se faire accompagner par des gens compétents qui sont plus lucides que nous, c’est même crucial parfois. Mais par contre être spirituel, c’est reconnaître que des conseils ou des morales sur la bonne façon de gérer notre vie, on peut en entendre plein, que ces différentes informations extérieures peuvent se contredire parfois et nous emmener dans des directions différentes, et qu’au final il n’y a que nous qui pouvons faire le tri dans ces différentes suggestions. Le rôle de ces personnes qui vous guident sur ce parcours, si elles sont véritablement spirituelles elles-mêmes, ce n’est pas d’imposer une vérité extérieure mais bien de vous aider à déceler la vérité qui vibre en vous. Mais un parcours d’éveil spirituel est construit comme ça : on a tous sur notre parcours des influences positives et des influences négatives pour nous forcer à faire preuve de discernement, pour se reconnecter à notre centre de décision intérieur justement.

Comparaison entre science et spiritualité

Maintenant que j’ai dit tout cela, j’ai eu envie en faisant cette vidéo, de faire une comparaison entre la spiritualité et un autre domaine avec lequel on est peut-être plus familier, à savoir la science. Car la science, c’est peut-être l’un des domaines dont les membres sont les plus spirituels qui soient à mon sens. Ça vous surprend peut-être que je dise ça, mais c’est mon point de vue, ça n’engage que moi. Ça peut surprendre parce que la science et la spiritualité, ce sont deux notions qu’on oppose souvent. Parce que la science elle se base sur des validations issues d’une expérimentation objective extérieure alors que la spiritualité se base davantage sur une expérience subjective intérieure. Etre spirituel, c’est reconnaître ce que vous savez être vrai. Vous savez qui vous êtes, vous savez pourquoi vous êtes là, vous savez ce que vous voulez faire et ce qui vous appelle dans cette vie, vous savez si telle ou telle expérience est positive pour vous ou non… vous savez pas pourquoi vous le savez mais vous le savez. Et pas savoir pourquoi on sait un truc ou pas savoir pourquoi c’est vrai, ça la science ça lui convient pas… tout le principe de la science au contraire c’est de savoir expliquer pourquoi quelque chose est vrai. Donc je suis d’accord pour dire que sur ce point-là, la spiritualité et la science ont l’air d’être des domaines complètement opposés en apparence… Par contre, une fois qu’elles ont identifié une vérité, chacune par leur méthode, il y a un grand point commun à ces deux disciplines qui est la reconnaissance et la défense de cette vérité.

Un scientifique base sa vie et son modèle du monde sur ce qu’il sait être vrai. Il ou elle tire ses conclusions par l’expérimentation, et en se basant sur ses conclusions, quelque part il est un libre penseur. Un scientifique n’est pas censé suivre un endoctrinement quelconque ou suivre un courant de pensée populaire, au contraire il est censé défendre ce qu’il perçoit comme vrai et validé, coûte que coûte, même s’il est seul à le faire, même s’il est en avance sur son temps et que personne ne comprend rien à ce qu’il a découvert, même s’il est critiqué, même si le gouvernement ou l’Eglise ne sont pas d’accord avec lui… Et pour cette raison, je trouve que la science peut s’avérer être très spirituelle en réalité, une fois que l’on retourne à la définition de base de ce qu’est la spiritualité. Parce qu’être spirituel, c’est être avant tout dans une démarche authentique de recherche et d’affirmation du vrai.

Le scientifique tire sa vérité de la déduction alors que l’homme spirituel tire davantage sa vérité de son intuition, mais même si les deux tirent leur vérité d’une source différente, leur attitude vis-à-vis de cette vérité une fois qu’elle est identifiée, elle est la même. Dans le fait de baser leur vie sur cette vérité et plus sur autre chose et dans le fait d’être dans une recherche de lucidité et de cohérence. C’est ça le parallèle que je voulais faire, car ça c’est très spirituel comme état d’esprit. A mon sens, c’est exactement dans cette philosophie qu’une personne très spirituelle mène son existence.

Autre point commun que la science et la spiritualité partagent également, c’est le fait de ne pas s’enfermer dans une représentation statique du monde, mais au contraire d’être basées sur un modèle du monde dynamique et en constante évolution. L’homme de science tout comme l’homme spirituel peuvent changer d’avis. La femme de science tout comme la femme spirituelle, elles ont chacune un modèle du monde qui évolue et qu’elles mettent à jour quotidiennement selon les nouvelles découvertes qu’elles font. Les membres de chacune de ces disciplines ont une confiance saine dans les convictions qu’elles ont accumulées jusque-là, tout en ayant l’ouverture d’esprit nécessaire pour accueillir de nouvelles informations. Un scientifique, d’un côté il éprouve un sentiment de confiance et de sécurité dans les explications que la science a su lui fournir jusque-là, et d’un autre côté il sait aussi faire preuve d’ouverture d’esprit en se rappelant qu’aujourd’hui encore malgré nos progrès, il reste encore beaucoup à découvrir et que certaines de ces découvertes à venir pourront peut-être changer toute notre conception de la science actuelle. De la même façon, en spiritualité, on se doit de maintenir un certain équilibre, pas toujours facile à trouver d’ailleurs, d’un côté en entretenant une confiance ou une foi dans notre guidance intérieure, et d’un autre côté en maintenant une sorte de prudence, en se rappelant qu’on n’est pas omniscient, que personne n’a la connaissance absolue et nous les premiers et que dans le vaste champ d’informations qui nous est inaccessible, ben la moindre info peut tout changer. Et c’est cette prudence d’ailleurs qui nous pousse à continuer d’utiliser notre guidance. Donc c’est un peu la même chose en fait, dans ces deux disciplines, et c’est ce qui nous permet d’être dans l’ouverture d’esprit et la tolérance avec une conception évolutive du monde, plutôt que d’être dans l’intégrisme en ayant une conception du monde complètement figée.

Un autre parallèle que j’ai envie de faire, c’est que ces deux disciplines accordent une très grande importance à la vérification. Un scientifique, pour qu’il accepte une vérité, il faut que celle-ci elle puisse être testée et vérifiée par l’expérimentation. Une personne spirituelle, certes elle ne va pas pouvoir appliquer la méthode scientifique à proprement parler pour tester tous les événements du quotidien, mais elle va quand même essayer de vérifier ce qui est vrai au travers de ses expériences de vie et de ses observations. Un exemple tout bête : la loi de l’attraction. On m’a rabâché dans des vidéos sur YouTube qu’il fallait tout le temps penser de façon positive à la réalisation d’un objectif pour que celui-ci se manifeste : est-ce que c’est vrai ? Je ne sais pas, je vais tester. Je teste pendant un certain temps, et je fais le point : est-ce que ça a marché ? Est-ce que ça m’a apporté ce que je voulais ? Est-ce que mon objectif a été atteint ? Les autres expériences qui se sont manifestées entre temps, pourquoi je les ai attirées ? Vous faites le point là-dessus et ainsi vous décidez si ce qu’on vous a enseigné ça marche vraiment…

Je me souviens il y a quelques années quand mes ressentis ont commencé à se multiplier et où j’avais 25 intuitions différentes qui partaient dans tous les sens, je m’étais dit « je vais toutes les noter dans un tableau Excel, et en face je vais mettre si elles se sont réalisées ou non, dans quel état d’esprit j’étais quand je les ai eues, quels sujets ça concernait, etc… Et après je pourrais les classer selon leurs caractéristiques et je pourrais identifier quelle voix dans ma tête est fiable ou non »… et je l’ai fait. J’ai jamais construit le tableau Excel en tant que tel, je me suis pas embêté à faire ça, mais quelque part, oui au fil de ces dernières années j’ai fait preuve autant que possible d’esprit critique vis-à-vis de mes ressentis pour identifier ce qui était fiable. Alors je vais pas vous dire que faire ça c’était de la science, parce que c’en n’était pas, mais par contre, ben c’était quand même faire preuve de prudence, d’esprit critique, de discernement, et ça, je pense que ce sont des qualités que la science et la spiritualité peuvent partager. Alors vous allez me dire « oui mais plus tôt tu nous as dit qu’on devait décider indépendamment des influences extérieures ? ». Oui je l’ai dit, ben là justement dans l’exemple de la loi de l’attraction, l’enseignement qu’on vous a transmis sur cette loi c’est l’influence extérieure, et en le remettant en question en faisant vos propres expériences et en tirant vos propres conclusions sur la loi de l’attraction, vous affirmez bien votre vérité intérieure. Et c’est le paradoxe : vous devez affirmer vos convictions indépendamment de toute influence extérieure, mais en même temps sans l’expérimentation et l’effet miroir de la réalité extérieure votre vérité vous ne pouvez pas la découvrir.

Et pour pouvoir la faire efficacement cette expérimentation, ça suppose, en spiritualité comme en science, d’être dans la neutralité. Le scientifique doit dans l’idéal ne pas avoir d’ego quand on y réfléchit, pour pouvoir tirer ses conclusions de façon objective. Il ne doit pas « être dans le mental », et l’homme spirituel non plus… A ce sujet, je vais faire une parenthèse parce qu’il y a plein de gens qui confondent… « ne pas être dans le mental », ça ne veux pas dire qu’il faut pas réfléchir. Ça ne veut pas dire ça du tout, au contraire. Si je me penche sur le cas particulier du scientifique, je vais prendre l’exemple d’un scientifique qui publie une découverte, et 5 ans après, cette découverte, elle va être invalidée. Il y a d’autres scientifiques qui vont démontrer, sans l’ombre d’un doute que non, les conclusions que ce premier scientifique avait proposées étaient fausses et qu’il s’est trompé. Ça arrive des fois… Et bien dans ce cas de figure, un scientifique qui est dans le mental, ou dans l’ego, c’est un scientifique qui s’identifierait à ses propres découvertes et qui sentirait son identité menacée par la remise en cause de ses découvertes. Autrement dit, dans notre exemple, un tel scientifique serait incapable d’admettre ses torts, il serait dans le déni, il sous-estimerait avec mauvaise foi les conclusions que ses collègues ont tirées et qui ne vont pas dans le sens qu’il veut… En fait il renierait même sa propre logique pour maintenir son image de lui-même. Donc il serait dans le mental, et en étant dans le mental, justement il ne pourrait plus utiliser son mental efficacement et admettre les conclusions que le reste de la communauté scientifique vient de lui prouver. Alors qu’au contraire, un scientifique qui ne serait pas dans le mental, c’est-à-dire un scientifique qui utilise son esprit mental comme un outil mais qui ne s’identifie pas à cet outil, dans cet exemple justement, il réfléchirait avec d’autant plus de clarté, et il serait en capacité d’admettre les conclusions tirées par ses collègues… Voilà, fin de la parenthèse, et donc c’est pas parce qu’on veut être spirituel et qu’on veut sortir du mental qu’on arrête de réfléchir et de faire preuve d’esprit critique, bien au contraire. En tout cas sur cette chaîne, moi je veux que vous réfléchissiez.

Donc voilà, je sais pas si j’ai eu raison mais j’ai eu envie de faire un parallèle entre ces deux disciplines, entre la science et la spiritualité, qui dans leur état d’esprit ont quand même pas mal de points communs. En tout cas tel que je le comprends, être spirituel, c’est être un scientifique ou un explorateur de l’âme et non pas un fanatique de l’âme.

Alors même s’il y a des différences entre la science et la spiritualité, je vais pas vous dire que ce sont des disciplines identiques non plus, en tout cas, être spirituel, à l’instar de la science, c’est être à l’opposé de la superstition et du dogme. Et c’est aussi ne suivre aucune mode ou aucune tendance… Et quand je dis ça je pense que vous êtes nombreux à sourire devant votre écran…

Etre spirituel : ne suivre aucune mode

Parce que oui, être spirituel, ce n’est pas suivre une mode et ce n’est pas suivre ce que font des gens soi-disant spirituels juste pour avoir l’illusion d’être dans le vrai et ressentir le confort d’appartenir à un groupe. Je vous ai dit qu’être spirituel, c’était ne plus se conformer au regard des autres, autrement dit c’est pas arrêter de se conformer au regard des gens soi-disant non spirituels pour se conformer au regard des gens soi-disant spirituels, c’est pas juste changer de groupe de référence.

Et ça en spiritualité, c’est peut-être le plus gros piège qui soit… Imaginons que vous ne connaissiez absolument rien à la spiritualité, mais qu’un beau jour vous tombiez sur des vidéos et des infos sur la loi de l’attraction, sur l’âme, sur l’incarnation, sur la conscience universelle, etc… et que ça vous parle et que vous vous mettiez à croire cela. Ben spirituellement parlant, vous avez pas du tout avancé… même en supposant que les informations sur lesquelles vous êtes tombé soient les bonnes, c’est pas le sujet : le sujet c’est votre rapport à ces informations. Croire en toutes ces informations parce que vous les avez vues sur internet et parce que celui qui les diffuse parle plus fort que vous, ou suivre ces informations parce que vous êtes véritablement connecté à votre guidance intérieure et que c’est ce que vous voyez et vivez par vous-même, c’est pas la même chose… Etre spirituel, c’est pas croire, j’insiste, c’est pas croire, c’est être.

Vous savez dans le milieu il y a un peu le mythe de la personne spirituelle qui aurait un mode de vie très sain, qui mangerait bio, qui passerait son temps dans la nature, qui méditerait tous les jours… Mais vous n’êtes pas obligé de coller à ça pour être spirituel. Je n’ai rien contre ces pratiques ou contre les gens qui les suivent, qu’on soit bien d’accord, ce n’est pas une critique de ces méthodes et je ne vise personne, j’ai personne en tête quand je dis cela, bien sûr que c’est plus sain de vivre comme ça. Mais moi ce qui m’intéresse c’est l’intention derrière. Le fait d’être végétarien par exemple : si vous êtes végétarien parce que c’est votre conviction à vous et que c’est le mode de vie qui vous appelle, moi ça me va ça me pose aucun problème. Mais par contre c’est pas la même chose si vous devenez végétarien juste parce que quelqu’un vous a dit de le devenir et que c’est pas ce que votre corps appelle. On peut multiplier les exemples à l’infini, mais l’idée dans tous les cas c’est d’être à l’écoute de votre corps, de vos besoins, de votre intuition et de votre expérience à vous, mais pas d’être dans l’imitation de quelqu’un d’autre.

Ce n’est que mon avis, ce n’est que ma vérité à moi, mais moi la conclusion à laquelle j’en suis arrivé, c’est qu’il n’y a aucun chemin standard pour s’éveiller spirituellement, il n’y a que des chemins personnalisés et donc il ne peut pas y avoir de modèle absolu à suivre, et les voies de l’univers elles sont pas du tout uniformes et elles se fichent des conventions. La plupart des gens que je connais et que je considère comme très élevés spirituellement, parmi eux il y en a qui continuent de fumer, de manger de la viande et des aliments gras, de boire des bières, il y en a qui ne font pas spécialement plus de sport que les autres… je connais même une personne qui regarde de la téléréalité parfois ^^. Et ils font peut-être un soin énergétique de temps en temps mais hormis cela, ils n’ont aucune activité dans leur vie de tous les jours que l’on associerait traditionnellement à la spiritualité. En revanche, ils sont spirituels au sens strict du terme, dans le sens où ils mènent une vie dans laquelle ils sont libres et font leurs propres choix par eux-mêmes, en conscience. Je pense notamment à un ami à moi qui a la particularité d’être autiste, qui est très influençable et qui à une époque s’est retrouvé justement très influencé par tous les divers courants spirituels qui existent, et où il était en souffrance par rapport à ça. Un jour il m’a fait une réflexion intéressante, il m’a dit « en fait, je remarque que tous les voyants ou mediums qui m’ont fait des prédictions, ça s’est avéré faux et ça m’a mené dans le mur, alors j’arrête la spiritualité ». C’est pas une critique contre les mediums on est d’accord, parce que je pense que le vrai problème c’est qu’il a pas vu les bons… mais vous voyez où je veux en venir… Il prétendait tourner le dos à la spiritualité alors qu’en fait, en s’éloignant de ces sujets qui ne lui parlaient plus, en n’écoutant plus les autres et en devenant lui-même son propre guide, ironiquement, il est devenu plus spirituel que jamais… C’est ça être spirituel. Et moi le premier je consulte régulièrement mes Maître Jedi à moi sur ce parcours pour des soins divers, mais le fond du fond de la spiritualité il est pas là. Et c’est important de ne pas faire l’amalgamme entre la spiritualité, et les outils qui nous permettent de l’explorer. Faut pas confondre les deux. Car très souvent à cause de cette confusion, il y a des gens qui ont fait naître des effets de mode que certaines personnes ont suivi et en faisant ça, la spiritualité est devenue exactement ce qu’elle prétendait ne pas être au départ. A savoir un dogme… Un dogme qui vous impose une méthode et un mode de vie standard pour atteindre l’éveil plutôt que de vous aider à accueillir le caractère unique de votre parcours.

Je vais vous dire, de ce que j’ai pu en voir, moi je me dis qu’il y a un seul facteur qui joue vraiment sur votre bien-être au final… et qui joue vraiment pour être « haut en énergie »c’est d’avoir les idées claires. Et d’être d’aplomb dans votre esprit. Parce que c’est avant tout le mental qui bloque l’âme et donc qui bloque votre accès à des énergies plus hautes. Donc si vous, en vous, vous êtes clair, la lumière elle passe… Si en plus vous prenez soin de votre corps, tant mieux… Mais si vous avez les idées claires, même si vous fumez, même si vous mangez des plats préparés et des aliments industriels, même si vous faites pas de sport, même si vous n’allez jamais vous ressourcer dans la nature, ben au final ça va pas si mal tourner que ça et vous pourrez quand même très bien gérer votre vie. Et à l’inverse, même si vous mangez bio, que vous vivez au fin fond de la forêt pour respirer un air pur et être loin de toute pollution et que vous faites 3h de méditation par jour, s’il y a des peurs ou des traumas ou des conditionnements que vous n’arrivez pas à dépasser et que dans votre tête vous êtes complètement à côté de la plaque… ça va pas marcher ça va être un carnage… pour vous comme pour les autres… Après ce n’est que mon avis, à vous d’expérimenter et de vous construire le votre.

Avoir les idées claires, ça induit quelque part que nos idées ce soient les nôtres. Et pour cela c’est important d’être lucide sur ce qui fonctionne au-delà de ce que d’autres autorités peuvent nous transmettre. Là je vais citer Neale Walsh dans Conversation Avec Dieu, qui nous disait au début du premier tome, qu’on n’accorde tellement peu d’importance à notre expérience que lorsque notre expérience de Dieu diffère de ce qu’on nous a enseigné à propos de Dieu, on rejette automatiquement notre expérience et on s’accroche aux mots, alors que ça devrait être l’inverse. Alors vous allez me dire « Dieu on s’en fout, lui il regarde les pommes… ». Remplacez le terme « Dieu » par le terme « vie » et c’est la même chose. Y a des moments dans la vie où on va faire une expérience différente de ce qu’on a appris, et quand ça arrive, trop souvent, on a tendance à rejeter notre expérience et à croire nos conditionnements alors que ça devrait être l’inverse… Et c’est ça l’enjeu d’une vraie spiritualité, c’est de se baser sur notre propre expérience du monde pour parvenir à une reconnaissance objective de ce qui fonctionne dans la vie.

Je prends un exemple tout simple, une fois j’ai eu l’occasion d’être guidé par quelqu’un pour une séance de méditation, et cette personne m’a indiqué, de façon très scolaire j’ai envie de dire, que je devais la faire en étant assis en tailleur avec le dos bien droit. Le truc c’est que je suis pas très souple comme gars, et en l’occurrence, en restant assis en tailleur, ben je me suis retrouvé à avoir des fourmis dans les jambes, j’avais la circulation complètement coupée et j’ai eu les jambes complètement engourdies. Quand la méditation a été finie, cette personne m’a demandé ce que j’avais perçu pendant la méditation et je lui ai répondu « ben rien, parce que j’avais juste mal aux jambes, c’est ça la seule sensation que j’ai perçue, et telle que je l’ai vécue, ça a pas vraiment été une séance de méditation, ça a plus été une épreuve d’endurance… ». Et cette personne m’a répondu « oui mais c’est important d’avoir cette position et d’être droit parce que comme ça tes chakras ils sont bien alignés et c’est la position qu’il faut pour que l’énergie circule bien ». Oui peut-être, mais du coup dans la pratique, l’énergie elle a pas du tout circulé… Ben oui ! Evidemment j’ai envie de vous dire. Je ne dis pas que c’est une mauvaise méthode, je ne dis pas qu’il ne faut pas méditer comme ça, je dis que pour moi à ce moment-là c’était pas adapté et je suis complètement passé à côté de l’expérience que j’aurais dû faire.

Dire ça, ça me donne envie de vous raconter une anecdote, dans laquelle je vais pouvoir vous parler de la méditation… comme c’est un thème un peu central en spiritualité en plus ça tombe bien. Moi vous voyez en ce qui me concerne… je ne médite pas… ou, pour être plus précis, en fait si je médite énormément, mais je sais pas pourquoi, chaque fois que j’ai fait de la méditation, il y a toujours eu quelqu’un pour m’expliquer que non c’était pas de la méditation, parce que soi-disant je le faisais pas correctement. Je sais pas si ça vous parle comme expérience, mais moi pendant des années, j’ai eu plein de gens bien-pensants autour de moi qui m’expliquaient que méditer ça ne pouvait se faire que d’une seule façon très précise : non c’est pas de la méditation parce que t’es pas assis comme il faut, non c’est pas de la méditation parce que tu fais pas tel exercice de respiration, non c’est pas de la méditation parce qu’une vraie méditation faut que tu sois guidé par tel ou tel truc… et aucun d’entre eux n’avaient la même méthode curieusement… Alors pour cette partie, je vais envoyer balader tout ça et je vais proposer une définition de la méditation : pour moi, méditer, c’est arrêter de se focaliser sur l’extérieur et focaliser toute son attention sur l’intérieur. Voilà, c’est une définition très simple, mais à partir d’aujourd’hui, sur cette chaîne, la définition officielle de la méditation, ce sera ça. Et à partir du moment où vous faites ça, vous pouvez le faire comme vous voulez, moi ça me va, ça n’a absolument aucune importance.

Et donc comme je vous disais, il y a une anecdote que je voudrais partager avec vous. Dans le livre que j’ai écrit, au début, je parle d’une expérience que j’ai faite, je parle de la première méditation que j’ai faite au cours de laquelle j’ai vraiment pu percevoir le plan des âmes. Ça a été une des méditations et un des états modifié de conscience les plus puissants que j’ai eus dans ma vie, pas le plus puissant, mais quand même… ça m’a profondément marqué. Alors là je voudrais vous raconter comment ça m’est arrivé… ça s’est passé tard dans la nuit. Ce soir-là, vers 19h pour le repas, j’avais dû manger un double cheeseburger au bacon avec des frites accompagnées de beaucoup de mayonnaise, et vers minuit j’ai eu un petit creux j’avais dû me faire un encas avec un croissant accompagné d’au moins 10 grosses cuillères de Nutella… Donc tout ce qu’il fallait manger pour être bien bas en énergie vous voyez, un best of de tout ce qu’on conseille pas. Un peu après minuit, je sentais qu’il commençait à se passer des choses autour de moi et j’ai un guide qui m’est apparu, il y a une communication avec un guide, que j’avais déjà vu par le passé, qui avait commencé. Il m’est apparu, mais j’étais pas en train de méditer à ce moment-là, j’étais en train de faire autre chose. J’étais en train de faire quoi ? J’étais en train de fumer une clope, déjà… manger gras c’était pas assez, j’en ai rajouté une couche… et en même temps j’écoutais de la musique. L’album que j’écoutais à ce moment-là, c’était The Chronic de Dr. Dre (tous les fans de Hip Hop apprécieront la référence). Donc j’écoutais pas de la musique chamanique ou des bols tibétains ou un équivalent, non, j’étais en train d’écouter un des albums les moins recommandés qui soient au monde pour faire de la méditation. Donc pendant que j’écoutais l’album, le guide est apparu et on s’est mis à discuter un peu (avec la voix de Snoop Dogg et de Dre en arrière-plan, si c’est pas incroyable). Je lui ai demandé s’il fallait que j’arrête, que je me mette au calme ou autre, il m’a dit « mais non vas-y, fini l’album, fume ta clope tranquille, on est bien », ok. C’est vrai qu’on était bien… Et tout en faisant ça, on a discuté, il m’a fait revisité toutes les expériences et tous les ressentis que j’avais eues dans les semaines précédentes, et il m’a fait comprendre que tout ça m’avait mené à l’expérience qui allait suivre… Et finalement quand j’ai été prêt et que l’album était fini, je sais plus si c’est moi qui en ait eu envie ou si c’est lui qui me l’a suggéré, mais à partir de là je me suis mis une autre chanson, en boucle. C’était Welcome To The Machine de Pink Floyd, plus psychédélique déjà je vous l’accorde. Et là le voyage a véritablement commencé, j’avais le guide devant moi, il y a eu comme une lumière qui est partie de son front qui s’est dirigée vers moi, et quand ça m’a touché, instantanément, c’est comme si je m’étais détaché de mon corps… J’étais dans ma chambre, toute ma chambre m’apparaissait donc visuellement sur mon écran mental, et d’un coup, c’était comme si je sortais de l’écran pour percevoir ce qu’il y avait autour et voir par quoi c’était contenu,  par quoi la réalité elle-même était contenue. Je sortais au-delà de mon champ de perception habituel. J’ai vraiment ressenti mon âme dans toute sa puissance, il y a eu des moments où je l’ai vue comme une étincelle de lumière, il y a eu des moments où je l’ai vue comme un œil, ceux qui ont déjà vécu cette expérience savent de quoi je parle. Et en me reconnectant à mon âme, j’ai pu percevoir le plan sur lequel elle réside et percevoir toutes les autres âmes autour… ça a duré environ une heure, même si bien sûr je l’ai pas ressenti comme ça parce que j’ai fait l’expérience du temps astral pour la première fois, c’était encore plus réel que la réalité elle-même, ça a été une de ces expériences qui vous marquent pour toute une vie et en termes de puissance, c’était comparable à ce que certaines personnes peuvent décrire sous champignons hallucinogènes… alors que je n’avais rien pris de ce genre je vous rassure. Certains vont pas aimer cette comparaison mais je la fais quand même parce que je trouve qu’elle illustre bien la dimension que cette expérience a prise. Donc c’était pas une méditation standard, relaxante, gentille… non non, là pour moi c’était vraiment une expérience d’un autre niveau. C’était pas une expérience, vous savez, les yeux fermés dans un état à la limite du sommeil avec des images oniriques fragiles qui se coupent si on décide d’ouvrir les yeux : c’était vraiment en pleine conscience, avec les yeux grands ouverts, en totale lucidité. C’était vraiment autre chose, de beaucoup plus solide. Je pouvais bouger sans que ça n’altère rien de la connexion d’ailleurs, je pouvais me tourner, et alors dans mon lit j’ai dû prendre les positions les plus extravagantes qui soient, j’ai dû me tordre dans tous les sens… Enfin bref… ça a marché… ça a marché à la perfection alors que ce soir-là comme vous le voyez, j’ai dû transgresser toutes les règles de tous les manuels de méditation de la planète, je crois qu’on peut le dire… Et pourtant ça a marché… Alors ça n’a rien d’exceptionnel, il y a des millions de gens qui font des expériences similaires et même certaines encore plus puissantes, je suis pas spécial loin de là, ça a juste été une de mes expériences… J’admets simplement ce qui a marché pour moi et je partage ça avec vous pour illustrer qu’il n’y a pas de mode d’emploi universel, et être spirituel, encore une fois, ça induit de trouver le votre. Est-ce que les gens bien-pensants qui m’ont fait la morale sur ma façon de méditer ont tous fait une expérience similaire avec leur méthode à eux, ça… je me pose la question… Je leur souhaite en tout cas… Et si ça marche toujours pas, écoutez, essayez de manger de frites et des hamburgers plus souvent, c’est la méthode de Benjamin, pour moi ça a marché ^^.

Bon, je referme ma parenthèse sur la méditation… Mais j’en ai 50 des exemples comme ça. Et j’ai été un peu critique mais on est d’accord que je ne suis contre aucune méthode de méditation ni contre aucune pratique spirituelle particulière. Simplement je pense que vous aussi vous avez tous des exemples de moments où vous avez écouté les autres, où vous sentiez que ce qu’on vous proposait n’était pas aligné mais où vous n’avez pas su dire non et où vous avez suivi les autres plutôt que votre guidance intérieure, et où après coup vous vous êtes dit « je le sentais, je savais qu’il fallait pas faire ça, je savais que ce n’était pas juste pour moi, pourquoi je l’ai fait ? ». Ben vous l’avez fait parce que vous n’avez pas écouté votre petite voix intérieure qui vous prévient pourtant à l’avance et qui sait toujours à l’avance ce qui est bon pour vous. Et bien être spirituel c’est ça : c’est ne faire qu’un avec cette guidance intérieure. Ça n’a rien à voir avec le fait de suivre tel ou tel courant extérieur, c’est être dans la démarche de suivre sa guidance à soi. C’est ça le point sur lequel j’essaie d’appuyer dans chaque partie de cette vidéo…

Incarner sa spiritualité

Etre à l’écoute de soi, ça nous emmène fondamentalement au concept central de la spiritualité, à savoir l’âme. Le terme spiritualité est lui-même basé sur le mot « esprit », et l’esprit bien sûr dans ce cas de figure, c’est pas l’esprit mental, c’est l’âme, évidemment. L’âme c’est le concept central autour duquel tout gravite justement parce que l’âme on n’y accède pas par l’extérieur, on y accède par l’intérieur. Je vous ai fait une vidéo sur l’âme dans laquelle j’ai posée mes bases sur ce concept, et j’en referai d’autres… Pour aujourd’hui pour cette vidéo, je ne veux pas rentrer dans des explications techniques ou énergétiques de ce que c’est que l’âme. Parce qu’au-delà de ces explications génériques, ce qui compte, c’est l’expérience que vous en faites. L’âme, si on met tout l’aspect technique de côté, c’est quoi ? Ben c’est ce qu’il y a de vrai au plus profond de vous. Et être spirituel, c’est partir explorer cette réalité profonde, pour incarner et exprimer sa lumière dans les différentes situations du quotidien.

Au passage, dans votre parcours, vous allez peut-être identifier beaucoup de label qui apparemment vous correspondent… Peut-être que vous êtes un empathe, ou que vous êtes un enfant indigo, ou que vous êtes Flamme Jumelle… Vous êtes probablement plein de choses en même temps, et c’est vrai, et c’est important que vous preniez conscience de vos caractéristiques pour apprendre comment vous fonctionnez. Mais même si c’est vrai, c’est important de se rappeler que ces labels ne vous résument pas. Des empathes ou des travailleurs de lumière… il y en a plein qui existent, mais vous par contre vous êtes unique, et ce qui vous définit vraiment et qui fait que vous êtes unique, c’est la lumière et l’identité particulière qui passe à travers tout ça. Et c’est ça que vous devez explorer et incarner.

Et ça m’amène au dernier point que je veux aborder avec vous dans cette vidéo, il est subtil à expliquer mais il est absolument fondamental : c’est qu’être spirituel, c’est incarner sa lumière, c’est pas juste en parler. Pour illustrer ça, je vais prendre un exemple, je sais pas s’il est parfait mais je pense que ça va parler à tout le monde, je vais prendre l’exemple d’une femme qui serait inscrite sur un site de rencontres et qui ferait défiler des profils masculins et qui lirait la façon dont les différents hommes se décrivent. Et en gros elle va tomber sur deux types de description :

  • D’un côté il y aura des profils dans lesquels les hommes disent « je suis un mec drôle », et d’un autre côté il y aura des profils dans lesquels les hommes vont effectivement écrire quelque chose de drôle et où elle va sourire.
  • D’un côté il y aura des profils dans lesquels des hommes vont dire « je suis un mec bien », et de l’autre il y aura des profils où les hommes vont écrire un petit paragraphe et où en le lisant elle va se dire « tiens, lui il a l’air sincère, j’ai vraiment l’impression que je peux lui faire confiance ».
  • D’un côté il y aura des profils où des hommes vont écrire « je suis un mec intelligent », et de l’autre il y en aura dans lesquels les hommes vont écrire un paragraphe où en le lisant elle va se dire « wahowww c’était puissant ça ».

Autrement dit, il y aura d’un côté des hommes qui prétendent, et de l’autre des hommes qui incarnent. Ben de la même façon il y a plein de gens qui peuvent expliquer qu’ils sont spirituels, mais il y a certains qui vont l’être. Et c’est ça la nuance qui est subtile mais autour de laquelle tourne selon moi toute la définition d’une vraie spiritualité… Vous pouvez être un spécialiste théorique des chakras, c’est pas pour autant que vos chakras ils seront ouverts. Et vous pouvez passer votre temps à parler de l’âme et de ce que c’est aux gens autour de vous, c’est pas pour autant que vous êtes plus en contact avec votre âme que les autres. Il a des gens qui n’ont jamais lu un livre sur les chakras ou sur l’âme ou autre mais qui, même s’ils ne tiennent aucun discours ésotérique, sont en fait hautement spirituels juste parce qu’ils sont vrais.

Le but de toute l’ouverture spirituelle sur laquelle on travaille, c’est bien d’être soi et pas de le raconter. Admettons que ce weekend vous ayez un épisode de transe super puissant avec de très forts ressentis énergétiques et que vous ayez l’impression de débloquer quelque chose d’important en vous… Vous serez peut-être capable d’en parler pendant des heures, de raconter ce qu’il s’est passé et à quel point c’était gigantesque. Mais si vous arrêtez d’en parler par contre… et que vous vous retrouvez dans une situation où vous n’êtes pas plus naturel pour autant, où vous n’arrivez pas à mieux communiquer avec les autres, ou à être plus spontané ou que vous n’êtes pas plus capable de profiter de la vie qu’avant… ben peut-être que vous ne vous êtes pas reconnecté à quelque chose de si puissant que ça en fin de compte… peut-être que c’est toujours pas ça le vrai truc…

Vous savez, il y a plein de gens que je connais qui ne savent pas que cette chaîne existe et qui ne savent pas ce que je fais, je peux pas leur expliquer. Et comme on vit plus dans le même monde, avec ces gens-là ça a créé un fossé entre eux et moi, en termes de communication, on n’arrive plus à vraiment se parler. C’est la vie… Et ça arrive souvent dans un parcours d’éveil… De temps en temps, j’ai des petites résurgences d’ego spirituel qui me donnent envie de les revoir juste pour tout déballer, de leur expliquer tout ce que j’ai vécu, toutes les expériences que j’ai faites et « de leur expliquer ce que c’est que la vie » en gros… Alors je le fais pas je vous rassure, mais si je le faisais, je sais qu’il y aurait une critique de leur part qui serait très facile à faire. Ce serait de me dire « euh ok Ben, tu nous expliques que t’es super évolué spirituellement, que t’es bien supérieur à nous, tu nous racontes ça aujourd’hui, mais toutes les dernières soirées que t’as faites avec nous, pendant qu’on rigolait tous, toi t’as passé ton temps à faire la tronche, à être à part et tu parlais à personne, franchement la vie en quoi tu la comprends mieux que nous ? En quoi tu la vis mieux que nous ? ». Et ils auraient raison… Et je vous raconte ça parce qu’être spirituel, c’est vraiment se rappeler de ça et j’essaie de m’en rappeler autant que possible.

Moi vous voyez sur cette chaîne je vous fais des vidéos sur la spiritualité ou sur l’âme, parce que c’est le thème, ça fait partie de ma mission de vie, donc je n’ai pas le choix que de vous en parler. Dans mes coachings forcément c’est des thèmes que j’aborde aussi… mais une fois que j’ai tourné mes vidéos, que j’ai assuré mes coachings et que ma journée elle est finie, ben tout ça c’est fini et à partir de là pour moi tout ce qui compte, ben c’est d’être Benjamin, tout simplement. Avec mes qualités, mes défauts, mes rêves, mes limites, mes émotions, mon innocence, ma vulnérabilité, mes forces, mes faiblesses, mon sens de l’humour à moi, le style de vie qui est le mien, et tout ce qui fait que je suis moi. Parce que le but premier de tout ce que j’ai appris, c’est pas de vous faire des vidéos, c’est juste d’être vivant, tout simplement. Au stade où j’en suis, selon moi c’est ça être spirituel. La spiritualité quelque part, pour le résumer en une phrase, c’est l’art de vivre qui on est (et être moi, je vous le confirme certains jours c’est vraiment tout un art ^^). Etre spirituel c’est juste être soi. Etre spirituel quelque part c’est un pléonasme, parce qu’être spirituel, c’est « être » tout simplement, ce qui est à la fois la chose la plus simple et la plus difficile au monde. Mais c’est ça…

Alors si vraiment vous êtes spirituel, démontrez-le, vivez-le, incarnez-le, et faites de chaque journée une célébration de votre vérité intérieure. Parce que votre spiritualité, elle se démontre pas dans votre discours, elle se démontre quand vous faites la fête, elle se démontre quand vous faites l’amour, elle se démontre quand vous dansez, elle se démontre quand vous riez aux éclats avec les autres et elle se démontre quand dans les moments les plus simples du quotidien vous êtes capable de croquer la vie à pleine dents… Parce que c’est juste ça être spirituel…

Conclusion

Donc voilà, ce que je pouvais dire sur ce que c’est que d’être spirituel, selon moi. Ça m’a fait très plaisir de vous la faire cette vidéo, j’aurais peut-être dû la faire plus tôt je sais pas, mais bon au moins je l’ai faite. Je vous ai dit beaucoup de choses aujourd’hui :

  • J’ai fait un parallèle entre la science et la spiritualité,
  • J’ai partagé avec vous une petite histoire sur la méditation,
  • Je vous ai expliqué qu’être spirituel c’était avant tout décider par soi-même, ça se résumait à ça,
  • Et je vous ai expliqué que ça devait se traduire dans tous les événements du quotidien.

Et sachant que j’ai dit tout ça, c’est loin d’être complet, il pourrait y en avoir encore pour des heures et des heures de discussion, mais bon j’arrête là pour aujourd’hui, au moins maintenant les bases sont posées.

J’espère que ça vous aura parlé. Et si ce n’est pas le cas, si vous trouvez que tout ce que j’ai dit dans cette vidéo est erroné, ben… vous avez le droit de penser ça déjà. Mais même si c’est le cas, je ne pense pas avoir trop de retours négatifs, parce que si vous êtes en désaccord avec les arguments que j’ai pu présenter ici, dans ce cas-là qu’est-ce que vous êtes en train de faire ? Ben vous émettez une opinion basée sur votre propre vérité intérieure, que vous affirmez face à mon opinion qui pour vous est une opinion extérieure. Vous faites cela en accord avec votre plus haut niveau de conscience, et en faisant cela vous êtes hautement spirituel… Autrement dit si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je dis ici… ben vous êtes en train d’appliquer exactement ce que je dis ici. Voilà, ce sera le petit paradoxe sur lequel je vais vous laisser…

Allez, merci de m’avoir suivi, et à la prochaine !

Paix et amour à vous tous.

Partagez cet article :
Share on Facebook
Facebook
0Pin on Pinterest
Pinterest
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Donnez-moi votre avis sur cet article :
No votes yet.
Please wait...